Strasbourg: Comment convaincre les Français de chercher un travail outre-Rhin ?

EMPLOI Plus de 3.500 offres d’emploi attendent, juste de l’autre côté du Rhin…

Gilles Varela

— 

L'affiche de la campagne de communication pour l'opération Emploi à 360°
L'affiche de la campagne de communication pour l'opération Emploi à 360° — G. Varela / 20 Minutes

Trouver un emploi… Oui mais en Allemagne. Une démarche apparemment pas évidente pour de nombreux jeunes qui, de fait, ne passent pas le pont de l’Europe qui relie Strasbourg à Kehl. Selon un constat de l’ensemble des professionnels du secteur de l’emploi, les jeunes hésitent, soit par méconnaissance, par timidité, par manque de confiance ou à cause tout simplement d’a priori. Barrière linguistique ? Problèmes administratifs ? Quoi qu’il en soit, côté allemand, les entreprises de l’Ortenau proposent tous les mois plus de 3.000 offres d’emploi qui restent non pourvues, plus de 88.000 dans le Bade-Wurttemberg au 31 janvier 2017.

Quels secteurs recrutent ?

S’il existe des centaines d’opportunités dans tous les secteurs professionnels et, rien que pour Kehl, 500 emplois sont à pourvoir, certains secteurs sont très porteurs. Il s’agit de la logistique, la vente, le transport (chauffeur livreur, routier, engins spéciaux), la restauration, dans les métiers du bois (ébéniste, charpentier), dans les bureaux (opérateur téléphonique, secrétaire, agent d’accueil), les centres d’appels, mais aussi les métiers du bâtiment.

A qui s’adresser ?

Avec un taux de chômage de seulement 3,5 % dans l’Ortenau, soit trois fois moins que dans la zone emploi de Strasbourg, les opportunités de trouver un travail sont nombreuses. Des équipes, prêtes à accompagner les personnes désirant « franchir le pont » ont été formées par l’Eurodistrict de Strasbourg-Ortenau. Si vous avez entre 16 et 25 ans, rendez-vous à la Mission locale de Strasbourg ou de Schiltigheim. Pour les plus de 25 ans, inscrit à Pôle emploi, parlez-en à votre conseiller. Il existe des ateliers dédiés à l’emploi en Allemagne. Et si vous n’y êtes pas inscrit, parlez-en à votre conseiller assistant social ou intervenant, qui vous orientera vers les référents spécialisés. Enfin, si vous avez plus de 25 ans, que vous parlez allemand, et (ou) vous avez déjà des expériences professionnelles en Allemagne, filez au Service de placement transfrontalier, place de la gare à Kehl.

Est-ce difficile de travailler en Allemagne ?

Patrick Roger, président de la Maison de l’emploi de Strasbourg, explique : « Nous avons essayé de dégripper l’ensemble des petits problèmes qui souvent, donnent l’impression aux gens que de travailler en Allemagne, c’est complexe. Nous avons à peu près aplani toutes les difficultés concrètes, pratiques, que cela concerne la sécurité sociale, les points retraites, l’ouverture d’un compte bancaire. »

Les contrats proposés dans tout l’Ortenau sont souvent en CDI, les employeurs ayant du mal à trouver des candidats qualifiés essayent de fidéliser leur personnel. Quant à la barrière linguistique, parler l’allemand couramment est loin d’être indispensable. Cela dépend des postes qui sont proposés mais bien souvent le niveau d’allemand demandé est bas et le vocabulaire utile s’apprend très vite sur le terrain, assure l’Eurodistrict. De plus, des formations existent et peuvent être proposées, les jeunes peuvent être accompagnés. A vous de jouer donc !