gendarmes illustration.
gendarmes illustration. — Frédéric Scheiber/20MINUTES

FAITS DIVERS

Lorraine: Onze personnes interpellées et soupçonnées d’une trentaine de cambriolages

Ils auraient agi en Meurthe-et-Moselle, en Moselle, dans les Vosges et dans le Bas-Rhin…

Ils seraient les auteurs d’une série de cambriolages perpétrés entre la fin du mois d’octobre 2016 et la fin du mois de janvier 2017. Principalement autour de Nancy, mais aussi dans les Vosges et le Bas-Rhin. Selon un communiqué du Groupement de gendarmerie départementale de Meurthe-et-Moselle, l’équipe de cambrioleurs a été démantelée mercredi au petit matin.

Des services coordonnés

Suite à une recrudescence des cambriolages de commerces et des vols de voitures, les gendarmes du groupement de Meurthe-et-Moselle, de la section de recherches de Nancy, rejoints par les enquêteurs de l’antenne nancéienne de l’Office centrale de lutte contre la délinquance itinérante (OCLDI), et du groupe d’observation et de surveillance (GOS) de Metz, avaient lancé, depuis la fin de l’année 2016, une vaste opération pour traquer les cambrioleurs.

>> A lire aussi: En guise de bonne résolution, un Lorrain confesse 17 cambriolages en 2016 à la police

Pas moins de « seize enquêteurs ont analysé la manière d’opérer les auteurs des cambriolages et ont mené les investigations et les surveillances de terrain en ciblant une équipe de délinquants, particulièrement organisés et actifs, issus de la communauté des gens du voyage. »

120 gendarmes mobilisés

Mercredi donc, « une quarantaine d’enquêteurs, appuyés par deux pelotons de la gendarmerie mobile et quatre pelotons de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG), soit 120 gendarmes au total, ont procédé aux interpellations simultanées de 11 individus, sur sept sites différents, implantés autour de Nancy, à Lunéville, ainsi qu’en Moselle, dans les Vosges et dans le Bas-Rhin et réalisé les perquisitions pour recueillir les éléments de preuve. »

Les individus sont soupçonnés d’avoir volé « de puissants véhicules, notamment des Renault Mégane RS, souvent incendiés à l’issue de leurs raids, pour commettre des cambriolages de commerces d’outillage, de matériel agricole ou de vêtements de marque ». Les onze personnes ont été placées en garde à vue pour une durée maximale de 48 heures, précisent les gendarmes. A l’issue, ils doivent être présentés au juge d’instruction en vue de leur éventuelle mise en examen et placement en détention provisoire.