Strasbourg: Les voyages d’affaires rebondissent, le tourisme de luxe aussi?

ECONOMIE Avec la livraison du nouveau Palais de la musique et des congrès, Strasbourg va continuer à accueillir plus de séminaires ou conventions, avec forcément un impact dans l’économie locale, notamment hôtelière…

Bruno Poussard

— 

Le nouveau Palais de la musique et des congrès de Strasbourg doit améliorer l'attractivité de Strasbourg auprès des organisateurs de séminaires ou conventions, et ainsi permettre d'augmenter les retombées notamment chez les hôteliers, et pas seulement de luxe.
Le nouveau Palais de la musique et des congrès de Strasbourg doit améliorer l'attractivité de Strasbourg auprès des organisateurs de séminaires ou conventions, et ainsi permettre d'augmenter les retombées notamment chez les hôteliers, et pas seulement de luxe. — G. Varela / 20 Minutes

Au mois de septembre dernier, le nouveau Palais de la musique et des congrès a accueilli la semaine française de la géothermie, pointue mais rassemblant de nombreux acteurs. Tout juste livré à la ville après trois ans de travaux, celui que l’on appelle plus communément le PMC a quelques atouts dans sa poche pour ce type d’événement.

>> A lire aussi : Strasbourg: Et si le Palais de la musique et des congrès était vraiment «le plus beau de France» ?

Sur le marché du tourisme d’affaires, Strasbourg espère justement que ce bel écrin rénové lui permettra de se replacer parmi les premiers du pays, en attirant de nouveaux congrès et autres séminaires. L’investissement réalisé est à la hauteur des retombées économiques espérées pour le tissu local, hôtels et restaurants en tête, par exemple.

Des manifestations déjà enregistrées au PMC jusqu’en 2020

Chargé de faciliter les liens entre organisateurs intéressés et acteurs locaux, le Strasbourg convention bureau a ainsi déjà participé à enregistrer de nombreuses manifestations jusqu’en 2020. La ville, déjà connue pour sa spécialité scientifique et médicale, souhaite continuer d’agrandir d' améliorer sa reconnaissance.

En attendant le grand quartier d’affaires international de Wacken Europe en face du Parlement européen, la liaison en TGV depuis Paris en moins de deux heures est un déjà un nouvel argument de poids. « Certains congrès vont ainsi faire leur retour à Strasbourg », annonce déjà Mireille Dartus, directrice du convention bureau.

>> A lire aussi : Strasbourg: Avec le Quartier d'affaires international et Adidas, la ville veut faire la course en tête

Plus de 10.000 chambres d’hôtels à Strasbourg…

« Nous menons une action collective entre tous les acteurs pour que le tourisme d’affaires soit plus prégnant chez nous », rebondit Robert Herrmann, président de l’Eurométropole. Représentant 35 % des 133 adhérents locaux du Strasbourg convention bureau, les hôteliers font partie des premiers à sentir les retombées de ce tourisme d’affaires.

Au total, la métropole compte plus de 10.000 chambres disponibles. Largement de quoi subvenir à la demande, même pendant les semaines de sessions au Parlement européen, d’après les acteurs eux-mêmes. Les établissements de luxe, de quatre voire cinq étoiles, sont ainsi fréquemment sollicités.

>> A lire aussi : Alsace: Pour développer le tourisme, la région veut séduire les contrées lointaines

« Une enquête de l’Office régional du tourisme en Alsace [ menée entre 2014 et 2015] a mis au jour certains chiffres, dont les 233 euros par jour dépensés en moyenne pour un congressiste international, et 156 euros pour un congressiste français », illustre Mireille Dartus dont le groupement aurait généré 80 millions de retombées en huit ans.

… mais une marge encore grande, dans le luxe comme ailleurs

Mais l’hébergement de luxe n’est semble-t-il pas le seul à en profiter sur le bassin strasbourgeois. « Certains congrès ou conventions cherchent plutôt des hôtels deux ou trois étoiles », nuance ainsi Patrick Libs du groupement national des hôteliers de chaînes du Grand Est. « A l’année, tous les segments sont arrosés », confirme Véronique Siegel.

Mais selon la représentante du groupement des hôteliers restaurateurs et débitants de boissons du Bas-Rhin, avec 65 % d’occupation moyenne, le taux reste moyen : « Il y a de la marge. » Pourtant, en fonction du nombre d’habitants, Strasbourg est la deuxième ville de France dans la catégorie capacité d’hébergement. Le PMC doit aider à améliorer ça.