Strasbourg: Le carnaval tombe le masque, il sera plus rigolo et écolo

EVENEMENT Pour sa 25e édition, le carnaval de Strasbourg s’offre un lifting et se tourne vers les enfants. De grands changements sont annoncés, «20 Minutes» vous dit à quoi il faut s’attendre…

Gilles Varela
— 
Strasbourg le 13 mars 2016. Le canaval de Strasbourg.
Strasbourg le 13 mars 2016. Le canaval de Strasbourg. — G. Varela / 20 Minutes

Pour la 25e édition du carnaval de Strasbourg, la ville a décidé de jouer les chamboule-tout. Il est vrai que l’événement avait pris, avec les années, un peu la poussière. Laps de temps trop importants entre les chars, personnages « lugubres qui font trop peur », trop de sorcières, les commentaires des enfants mais aussi de leurs parents se massant dans les rues n’étaient pas toujours tendres. Quant aux chars « satiriques », qui se moquent des puissants et inspirés eux aussi par la philosophie rhénane du carnaval, « ils avaient très peu d’intérêt pour les enfants, le véritable public de l’événement », selon Mathieu Cahn adjoint au maire en charge de la politique événementielle.

Aussi, avec l’annonce de départ de l’association Stras Carnaval, en charge depuis de nombreuses années de la conception des chars, l’occasion était trop belle pour repenser cet événement majeur de la vie strasbourgeoise. Cette année, et c’est déjà une nouveauté, la date est avancée au 26 février, soit trois semaines en avance sur le calendrier habituel et avant mardi gras. Mais tradition oblige, le départ sera bien donné à 14h11.

Cibles prioritaires, les enfants

Le carnaval de Strasbourg, au contraire de celui de Dunkerque ou d’autres en Allemagne, est surtout un événement familial, avec de nombreux enfants. Ces derniers en seront donc « la cible prioritaire, les prescripteurs et les animations seront à leur hauteur », assure l’élu. Exit les grands chars tirés par des tracteurs, peu maniables, dangereux et lourds en logistique et bienvenue aux « bidulos », des véhicules tractés par la force humaine et aux looks « rétro futuristes ». Confiées à l’association Arachnima, ces 13 nouvelles attractions éco-responsables « au cœur battant », se disperseront sur le trajet long de deux kilomètres accompagnés de personnages fantastiques de rues, des groupes masqués (des sorcières mais moins nombreuses que les années précédentes), ou groupes musicaux, prendront possession de la ville. Au total, près d’un millier de carnavaliers seront dans le cortège. Le rythme de la déambulation devrait d’ailleurs être plus soutenu car les « bidulos » ne demandent pas de distance de sécurité particulière au contraire des tracteurs. Elle devrait « être un patchwork visuel, coloré et festif », promet Mathieu Cahn et déjà une tonne de bonbons et 500 kg de confettis sont prêts à être lancés par le millier de carnavaliers qui vont constituer le cortège.

 

Autre changement, la grande cavalcade partira de la Route de Vienne (place de l’Etoile) où de nombreuses animations seront proposées comme du maquillage, des groupes de musiques, des démonstrations de cerfs-volants… Enfin, pour la première fois, c’est place Gutenberg que la déambulation se terminera.