Alsace: ChasseOgaspi, le serious game qui apprend aux enfants à faire des économies d'énergie

ENVIRONNEMENT Inventé par deux start-ups strasbourgeoises à l'initiative de l'électricien alsacien ES lors d'un hacking camp, le serious game ChasseOgaspi veut apprendre aux enfants les gestes d'économies d'énergie en s'amusant...

Bruno Poussard

— 

Dans chaque pièce de la maison ou à l'école, il faut trouver les éco-gestes qui peuvent être efficaces au quotidien pour ne pas trop dépenser d'énergie.
Dans chaque pièce de la maison ou à l'école, il faut trouver les éco-gestes qui peuvent être efficaces au quotidien pour ne pas trop dépenser d'énergie. — Capture d'écran / ChasseOgaspi.

Smartphone, tablette ou ordinateur en main, il suffit de choisir un petit personnage. Puis d’entrer dans la maison. Un volet pas encore ouvert ou une multiprise allumée sans nécessité, une scène matinale de la vie quotidienne cache là des dépenses d’énergie inutiles. Destiné aux enfants alsaciens, le jeu éducatif vise justement à les dénicher.

Déroulé au fil de douze pièces censées représenter la journée d’un écolier, ce format ludique disponible sur appli ou sur le Web est ce qu’on appelle aujourd’hui un serious game. Un jeu sérieux, en VF. « C’est l’utilisation des jeux vidéos pour faire passer un message », résume Gilles Noeppel, co-fondateur de la start-up spécialisée Almédia.

>> A lire aussi : Le jeu vidéo se met au service de la santé

Un jeu éducatif, fun, addictif, accessible

Apparu en 2007 selon celui qui a participé à la conception du jeu, ce support n’est néanmoins pas nouveau. Certains se souviendront peut-être du logiciel Adibou des nineties… « Il y a un côté fun, addictif, plus accessible et agréable pour aborder certains sujets », embraye Jean-Michel Stenger de Method in the madness, également impliqué.

Largement plus accessible, innovant et porteur, le serious game compte de plus en plus d’adeptes. L' énergéticien alsacien ES, lancé dans le numérique il y a trois ans (« parce qu’il est partout quand s’agit de faire des économies d’énergie », selon le directeur général de sa branche énergie) a vite cerné l’intérêt pour ses clients, dès le plus jeune âge.

L’idée lancée par une entreprise, imaginée lors d’un hacking camp

Dans le cadre du premier Hacking industry camp destiné aux questions énergétiques à Strasbourg fin 2015, l’entreprise en profite alors pour soumettre l’idée d’un serious game venue d’une de ses équipes. Pendant 52 heures d’affilée, le projet est avancé par deux étudiants et six membres des start-ups locales Almédia et Method in the madness.

>> A lire aussi : Avec son «serious game», la chambre de commerce ne rigole pas avec l'industrie du futur

En 3D autour de deux scènes de vie quotidienne, le premier prototype plaît tout de suite à l’entreprise, qui décide de financer son développement, en signant un contrat avec les deux jeunes boîtes : la conception et le graphique pour Almédia, l’ingénierie et le développement pour Method in the madness.

Des gestes très classiques, mais trop souvent oubliés

Les conseils pour réduire la consommation d’énergie, eux, sont fournis par un groupe de travail d’ES. « Ce sont des éco-gestes classiques, comme la veille inutile des appareils ou l’aération des pièces, illustre le directeur général énergie Philippe Commaret. Des gestes essentiels du quotidien qui permettent des économies substantielles, de 10 à 15 % ! »

>> A lire aussi : Comment moins gaspiller et limiter ses déchets

Au fil de plusieurs mois d’allers-retours au cours desquels les concepteurs eux-mêmes s’imprègnent alors de bon nombre de petits conseils parfois oubliés, la première version du serious game, ramenée en 2D pendant son développement et nettement plus affinée, est finalement lancée en septembre 2016. Depuis, plus de 2.000 enfants l’ont déjà testée.

La maison permet à chaque joueur de se balader de pièce en pièce afin de trouver les bons gestes écolos.
La maison permet à chaque joueur de se balader de pièce en pièce afin de trouver les bons gestes écolos. - Capture d'écran / ChasseOgaspi.

Une deuxième version en partenariat avec le rectorat de l’académie

Les parents, depuis, ont probablement aussi eu le droit à quelques rappels. C’est le cas du directeur artistique de Method in the madness, Jean-Michel Stenger : « Comme ils l’apprennent dès le plus jeune âge, ça marche assez bien chez eux et il nous le répète souvent après ! » Une deuxième version va même désormais sortir.

>> A lire aussi : Ils inventent le serious game qui peut sauver des vies

Fruit d’un partenariat avec le rectorat, représentant de l’Education nationale en Alsace, des voix en plus du texte ou une scène supplémentaire en classe ont notamment été ajoutés. Dès la rentrée prochaine, ChasseOgaspi pourrait donc devenir un outil utilisable par les instituteurs de la région, dans le cadre des programmes scolaires.

Et pour le trouver >>> ChasseOgaspi est donc disponible sur appli via l’Applestore et le Playstore sous Androïd, ainsi qu’en téléchargement via le site Web  www.chasseogaspi.es.fr, et enfin sur une autre application, Wand, qui permet de flasher le serious game sur les paquets de pâtes de Grand’Mère (et même transmettre ses propres conseils qui seront transformés en paquets offerts à la Banque Alimentaire).