Avant le TEDxAlsace, comment se préparent les intervenants des talks TED?

SOCIETE Deux intervenants de la première conférence TEDxAlsace à Strasbourg samedi nous racontent comment ils ont préparé le « meilleur talk de leur vie », émouvant ou intriguant, dans les normes du show…

Bruno Poussard

— 

Illustration TEDx
Illustration TEDx — Chris Clark/AP/SIPA

Aux quatre coins du monde, les conférences TED ont établi leur marque de fabrique. Rythmées, touchantes, ponctuées de petites punchlines mais à la volonté d’ouvrir les esprits et encourager la réflexion, sur le fond rouge de son petit logo. Ce samedi avec TEDxAlsace, ces talks remplis de messages arrivent à Strasbourg.

En gardant bien le secret de leur récit en lien avec le thème « Est-ce la limite ? », plusieurs intervenants de l’événement nous racontent néanmoins leur longue préparation. Un peu la même, d’une certaine manière, que celle de Bill Clinton, Al Gore ou Steeve Jobs passés par ce même format de conférences largement relayées sur YouTube avant eux.

« Un show à l’américaine, cérébral et émotionnel »

Qu’ils soient mentalistes, scientifiques, entrepreneurs ou  humoristes, les intervenants ont un point commun : une histoire personnelle à raconter, et des enseignements à partager. « C’est un show à l’américaine, cérébral et émotionnel où l’on vient apprendre des choses diverses », décrit Valérie Peraro, de l’organisation régionale.

Bénévoles, les douze à défiler sur la scène de la Cité de la musique et de la danse samedi ont été recrutés des mois à l’avance. « Le but, pour eux, c’est de faire le meilleur talk de leur vie », prolonge calmement Valérie Peraro. Pour y arriver, les intervenants ne sont néanmoins pas seuls. Les conférences sont normées, l’image de TED est en jeu.

Un cahier des charges à respecter

« Notre texte doit être écrit à l’avance, ils ne veulent pas quelque chose d’improvisé, mais il faut quand même que ça reste vivant », attaque Luc Soler, chercheur en informatique dans la santé. Pour organiser cet événement, les Alsaciens ont reçu une licence qui leur impose de respecter un cahier des charges clair sur le déroulement des prises de parole.

Aucun des intervenants ne doit par exemple être connu des spectateurs 24 heures avant. Le format de 15 minutes (et 18 au maximum) est imposé, comme les vidéos des interventions à partager ensuite (gratuitement) sur Internet ou la manière de raconter les histoires. « C’est ce qui fait le succès », défend Florence Leoszewski, speaker samedi autour d’un événement de sa vie.

Un coach pour être vrai dans le partage des émotions

Pour rentrer dans le moule du storytelling à la TED, chaque intervenant a le droit à un coach. « On reçoit d’abord le squelette d’un talk, et des consignes », ajoute cette créatrice de Galileo Concept, cercle de réflexion alsacien. Interdiction de caler une orientation commerciale. Mais obligation d’être vrai, partager des émotions et ne rien aseptiser.

Pendant des mois, le scénario se construit ensuite à deux. A distance, de longs échanges permettent d’affiner un récit personnel compréhensible. « Il s’agit d’enlever des couches, creuser au fond d’eux-mêmes, et il y a parfois beaucoup de résistance », complète Valérie Peraro, coach de deux speakers à TEDxAlsace, avec « empathie et diplomatie ».

De longs mois de travail, pour écrire et incarner le récit

Si une solide version écrite a dû être transmise pour le 5 décembre, certains travaillent toujours à le peaufiner. Mais ce vendredi, l’heure est plutôt aux répétitions, alors qu’ils travaillent depuis un mois à intégrer leur texte. Même s’ils ont l’autorisation d’utiliser des notes ou des slides sur un écran, le par cœur est indispensable pour beaucoup.

Pas si facile pour Florence Leoszewski : « La longueur du texte doit correspondre à la durée attendue, il faut bien écrire d’abord, puis le faire vivre ensuite ». Pour toucher émotionnellement le public. Ce vendredi et samedi matin, l’heure sera donc aussi la prise de repères ou le coup d’œil vestimentaire pour incarner au mieux leur histoire. Mais d’ici-là, le secret est bien gardé.

Un événement attendu. Organisé plusieurs années à Mulhouse, le TEDxAlsace arrive pour la première fois à Strasbourg, ce samedi 21 janvier. Organisé dans la Cité de la musique et de la danse, il a été pris d’assaut puisque les 499 places sont parties avant même le 5 janvier dernier. Filmées, les interventions des douze speakers seront néanmoins accessibles en février sur le site Internet de l’événement.