Strasbourg: Quoi, la capitale du vélo n’avait pas encore son café dédié à la bicyclette? Eh bien, c’est bientôt le cas

COMMERCE Courant février, un café-vélo ouvrira ses portes à Strasbourg…

Alexia Ighirri

— 

En février, un café-vélo ouvrira ses portes place d'Austerlitz à Strasbourg...
En février, un café-vélo ouvrira ses portes place d'Austerlitz à Strasbourg... — Facebook - cafevelo.lemaquis

Siroter son café pendant que son biclou se refait une santé, c’est en résumé ce que va proposer Le Maquis. Il s’agit du premier café-vélo de Strasbourg, qui ouvrira ses portes début février place d’Austerlitz à l’initiative de deux Strasbourgeois passionnés de vélo.

Le concept est simple, tout est dans le titre : il s’agit d’un endroit qui mêle salon de thé et atelier de réparation pour bicyclettes. « Mais les deux parties sont distinctes, sourit Vincent Schlosser, l’un des deux gérants. On ne va pas changer une chambre à air puis servir une part de gâteau. » Reste qu’une dalle en verre permettra aux clients installés sur la mezzanine de regarder son vélo se faire chouchouter.

>>A lire aussi: Strasbourg est la 4e ville la plus cyclable au monde

Malgré ses infrastructures dédiées à la petite reine et les initiatives mises en place en faveur de ce mode de déplacement, Strasbourg ne comptait pas encore de tel concept parmi ses commerces. Etonnant pour la capitale française du vélo, ou souvent présentée comme telle, même si Vincent Schlosser préfère aborder la chose autrement : « Ça confirme que Strasbourg ne s’arrête pas sur ses acquis ! ».

Lui a découvert les cafés-vélos, un concept inspiré des Etats-Unis ou du Royaume-Uni, à Londres ou au Pays-Bas. « Je suis parti à La Haye, j’ai notamment découvert Lola Bikes. J’avais ça en tête depuis longtemps : je tenais une boutique de cycles et je voulais apporter un service en plus. C’est une mouvance qui arrive chez nous, explique le Strasbourgeois. A chaque fois, il y a un esprit différent. Ce n’est pas la même déco, parfois ils mettent plus la partie salon de thé en avant, parfois le vélo. »

En France, il y a la bicycletterie à Lyon, d’autres à Rennes, Nantes, Grenoble ou encore à Paris. A Strasbourg, dès février donc, le café-vélo reprendra l’esprit « Peugeot années 1950 » comme déco.

Petites et grosses réparations

Le service sur place de « réparation minute » rendra service à ceux qui ont un pneu crevé ou un frein qui a lâché. Pour de plus gros pépins, ou la personnalisation du vélo, Le Maquis sous-loue un espace dans l’atelier de Jojo à Neudorf.

L’endroit n’est évidemment pas réservé aux fanas du biclou : ceux qui n’en ont pas ou qui préfèrent le café, les bières artisanales et les bonnes pâtisseries au vélo ont aussi leur mot à dire. Et eux aussi sont nombreux, même si Strasbourg ne s’est pas autoproclamée capitale des gourmands.