Avec sa vidéo, Guillaume Canet a-t-il tué la «street credibility» de Strasbourg?

SOCIETE Une vidéo publiée par Guillaume Canet, sur les « porcs » de Strasbourg, défraie la chronique depuis une semaine dans la capitale alsacienne… Jusqu'à soulever des questions injustifiées ?...

Alexia Ighirri et Bruno Poussard

— 

Avec sa vidéo, Guillaume Canet a-t-il tué la «street credibility» de Strasbourg ? (Archives)
Avec sa vidéo, Guillaume Canet a-t-il tué la «street credibility» de Strasbourg ? (Archives) — VILLARD/PDN/SIPA

A Strasbourg depuis une semaine, on ne parle que de ça : Guillaume Canet et sa vidéo sur les « porcs » strasbourgeois. Une vidéo publiée sur Facebook dans laquelle l’acteur s’amuse du lien entre le magasin de charcuterie Porcus et les « porcs » qui ont laissé traîner leurs ordures dans la rue à quelques mètres de là.

>> A lire aussi : VIDEO. Guillaume Canet s'attaque aux «porcs» de Strasbourg

La taquinerie est allée jusqu’à ouvrir un débat sur la propreté de la capitale alsacienne. « Je ne cautionne pas le fait de laisser traîner les déchets. Cependant je ne trouve pas approprié d’afficher ainsi les Strasbourgeois, alors que dans n’importe quelle ville de France on trouve ce genre de comportement, Paris y compris », peut-on par exemple lire parmi les nombreux commentaires sous la vidéo en question.

Dans toutes les conversations

Depuis, le sujet s’invite dans toutes les conversations. Les politiques locaux y font référence à de nombreuses occasions. Des membres de l’établissement scolaire jouxtant les lieux de la scène ont également dû réagir. Les médias sont en boucle. Alors que les commentaires sur l’initiative de Guillaume Canet allaient bon train, jusqu’à saturation pour beaucoup, la vedette a de son côté dû s’expliquer.

Reste qu’en moins d’une minute, l’acteur français a mis à mal la réputation de Strasbourg en tant que ville propre. « Un peu le Luxembourg français », ira jusqu’à dire un expatrié parisien. Derrière une courte vidéo voulue drôle pour faire réagir, l’amalgame a joué à plein. Discuter avec quelques touristes en pleine découverte des rues de Strasbourg permet pourtant de relativiser.

« Un cliché infondé » et « des rues bien plus propres qu’à Paris »

Un peu plus rares en ce mois de janvier, ils n’en ont, eux, pas entendu parler ces derniers jours. Perturbée en plein selfie, perche à la main devant la cathédrale, Tong, de Taïwan, trouve simplement la ville très propre. « Bien plus que dans les rues de Paris en tout cas », prolonge la trentenaire.

Touristique, la ville de Strasbourg est très loin d'avoir les rues les plus sales de France...
Touristique, la ville de Strasbourg est très loin d'avoir les rues les plus sales de France... - G . VARELA / 20 MINUTES

La polémique a-t-elle pour autant de quoi devenir un réservoir à blagues pour certains chambreurs ? « Peut-être, mais je ne m’y risquerais pas, répond le comédien et improvisateur Fayssal Benbahmed. Personnellement, je trouve le sujet trop vide, ça ne raconte rien de très intéressant. Ironiquement, le truc que je trouve marrant, c’est que Strasbourg est sûrement la ville la plus propre de France et qu’il suffit d’un tweet d’un mec connu pour créer un cliché infondé. »

Si « ça écorne un peu l’image de la ville », il faut vite arrêter ?

Si la vidéo a fait réagir les Strasbourgeois, pourrait-elle aussi avoir un impact sur les touristes ? « Toujours, quand quelqu’un de connu émet un avis, estime Patrice Gény, directeur de l’office de tourisme de Strasbourg et sa région, citant en exemple le braquage de Kim Kardashian à Paris. Ça écorne un peu l’image de la ville et c’est un peu blessant. Mais c’est le jeu des réseaux sociaux. »

L’office de tourisme réfléchit à une manière de répondre à cette polémique : « Mais ce serait sûrement faire la surenchère ». Aux yeux de ces observateurs, il serait mieux que tout cela s’arrête au plus vite. « Finalement, ça ne sert que Guillaume Canet et Paul Meyer [adjoint au maire] », embraye enfin Fayssal Benbahmed. Sous la publication Facebook, l’élu n’a en effet pas manqué l’occasion.

Strasbourg, capitale verte de l’Europe en 2019 pour rattraper ça ?

Liké à 204 reprises, son commentaire souhaite éviter la stigmatisation de la ville, en valorisant au passage les politiques municipales dans le domaine et en se mettant un brin en avant. « Nos habitants sont particulièrement sensibles à l’écologie et à la préservation de notre cadre de vie », défend notamment Paul Meyer.

>> A lire aussi : Comment Strasbourg veut devenir la capitale verte de l'Europe en 2019

En attendant, Strasbourg est sûrement loin d’être la ville de France la plus sale. Dans le domaine environnemental, elle se veut même à la pointe sur plusieurs questions. Capitale française de la biodiversité en 2014, elle espère désormais devenir capitale verte de l’Europe en 2019. Le meilleur moyen de rattraper sa street credibility écolo, écornée par trois déchets ?