Étudiante japonaise disparue : Le Chili, où se trouverait le principal suspect, promet de coopérer

FAITS DIVERS Toujours sans trace de l’étudiante japonaise disparue à Besançon début décembre, l’enquête se dirige vers le Chili où se trouverait le principal suspect et qui promet de coopérer…

B.P. avec AFP
— 
Ici sur son profil Facebook, Narumi Kurosaki a disparu au début du mois de décembre à Besançon.
Ici sur son profil Facebook, Narumi Kurosaki a disparu au début du mois de décembre à Besançon. — Facebook

Un mandat d’arrêt international a été lancé. Suspecté d’avoir tué l’étudiante japonaise disparue à Besançon début décembre, son ancien petit ami serait actuellement au Chili, son pays de naissance. D’après des échanges avec une proche de Narumi Kurosaki révélés par TV Asahi et relayés par Le Parisien, il nierait en bloc les faits.

>> A lire aussi : Étudiante japonaise disparue. Des taches de sang trouvées près de sa chambre

Des faits niés en bloc, selon un échange dévoilé par un média japonais

« J’ai beaucoup de peine, notamment pour sa famille », aurait-il ainsi écrit à travers l’application Line. Après une « demande d’assistance » des autorités françaises, le ministère de la Justice du Chili a déclaré vendredi collaborer dans le cadre de cette enquête. Il aurait déjà transmis des informations, selon des déclarations reprises par L’Est Républicain.

>> A lire aussi : Besançon. Un Chilien soupçonné dans la disparition de l'étudiante japonaise

Logeant dans une résidence universitaire du campus de Besançon depuis fin août 2016 pour étudier le français, Narumi Kurosaki a disparu le 4 décembre. Si la police est persuadée de son décès, son corps reste pour l’heure introuvable. Selon une information du Parisien, la gendarmerie a fouillé jeudi la forêt de Chaux, dans le Jura. En vain.