Football: «C'est pas la guinguette», la prépa du Maroc pour la CAN racontée par le Strasbourgeois Khalid Boutaïb

SPORT A 29 ans, l'attaquant strasbourgeois Khalid Boutaïb va disputer sa première Coupe d'Afrique des Nations avec le Maroc. Depuis les Emirats, il raconte sa préparation à une semaine de la compétition...

Propos recueillis par Bruno Poussard
— 
Ici contre Troyes, Khalid Boutaïb a réalisé une première partie de saison très solide avec le Racing club de Strasbourg. Il va maintenant découvrir la CAN avec le Maroc.
Ici contre Troyes, Khalid Boutaïb a réalisé une première partie de saison très solide avec le Racing club de Strasbourg. Il va maintenant découvrir la CAN avec le Maroc. — G. Varela / 20 Minutes

Khalid Boutaïb n’a rien fait comme les autres. Arrivé tardivement dans le monde professionnel, l’attaquant strasbourgeois a logiquement découvert la sélection marocaine à 28 ans seulement.

Après avoir rapidement fait sa place au Racing où il est arrivé cet été, l’ancien joueur du Gazélec Ajaccio va désormais découvrir la Coupe d’Afrique des Nations, à partir du 14 janvier au Gabon.

>> A lire aussi : Football : Avant Ajaccio - Strasbourg, pourquoi on croit en Khalid Boutaïb, la promesse de l’été du Racing

Comment ça va, Khalid Boutaïb ?

Nickel, franchement ! On est arrivés aux Emirats vers le 28 décembre. Depuis, il fait tous les jours entre 25 et 35 degrés. Alors qu' à Strasbourg à ce que je vois, en ce moment, c’est trop [froid, ndlr] ! Mais ce n’est pas la guinguette. On est à l’écart, à 1h30 de Dubaï près de la frontière avec Oman, dans les anciennes infrastructures du club d’Al Ain. On est là dans de bonnes conditions. Même si on galère un peu parce qu’on bosse dur, on sait qu’il faut passer par là.

Quel est votre planning ?

La première semaine, on s’est entraîné deux fois par jour, avec beaucoup de force, de physique. Même dans les jeux, intenses, le coach [Hervé Renard] cherchait ça. Depuis, on est entré dans une phase de préparation des matchs, avec une séance quotidienne. On devait jouer [l’Iran, annulé pour des raisons peu claires] vendredi soir, et on affronte la Finlande lundi. Le départ pour le Gabon est programmé jeudi, avec le début de la CAN lundi prochain pour nous. Même s’il fera aussi chaud, il nous faudra quatre à cinq jours pour nous adapter à l’humidité.

Khalid Boutaïb à l'entraînement avec le Racing en début de saison.
Khalid Boutaïb à l'entraînement avec le Racing en début de saison. - G. Varela / 20 Minutes

Avez-vous néanmoins eu le temps de découvrir Dubaï ?

On passe l’essentiel de notre temps entre l’hôtel et le stade. Mais le 31 décembre, le coach nous a laissés une journée de libre, sans rien faire d’exceptionnel. On a été au mall, et puis le soir on a mangé entre les deux feux d’artifice dont celui du Burj Khalifa, c’était vraiment beau à voir ! Mais à 1h on était posés à l’hôtel pour dormir, tellement on était K.O.

Malgré une arrivée en sélection sur le tard, la découverte de la CAN, c’est un petit rêve ?

Pour tout joueur de foot, représenter son pays est un rêve ! Et cette Coupe-là, même si elle me semble un peu dénigrée, me donne envie depuis que j’ai goûté à la sélection. D’autant qu’il s’agit de remettre le Maroc en marche. Depuis 2004, on n’a plus passé le premier tour. C’est l’objectif minimum cette année, même si on a un gros groupe [RD Congo, Côte d’Ivoire, et Togo]. On a hâte de rentrer dedans. On sait qu’on devra être au rendez-vous.

>> A lire aussi : CAN: Le Gabon accueillera la Coupe d'Afrique des nations 2017

Que représente-t-elle pour vous, cette CAN ?

Je me souviens très bien de 2004, quand la bande à Chamack s’est qualifiée pour la finale en prolong' contre l’Algérie, après avoir été menée tout le match. Mais c’est un peu lointain maintenant, ça nous tient à cœur de remettre ça. Notre groupe était donné favori de notre groupe au départ, et puis on a eu quelques forfaits [ Belhanda, Tannane, Amrabat], mais on croit en nos chances. On est au taquet.

Appréhendez-vous cette nouvelle compétition avec beaucoup de questions ?

J’arrive du monde amateur, sur le tard. Je n’ai pas ce recul, je préfère découvrir par moi-même. Je pose forcément quelques questions, mais je vis avant tout au jour le jour, et je profite pleinement. Je suis là, j’avance avec le groupe, et sur place, on verra comment est l’atmosphère. Mais je n’ai pas d’appréhension. Je suis tranquille. On bosse à fond, on va se donner à fond. Il faut qu’on aille dans le même sens.

Physiquement, comment être-vous après une grosse première partie de saison ?

Plutôt bien. Le coach nous a tués avec le début de la prépa de la CAN, mais c’est normal. Les dix petits jours de coupure auparavant m’avaient fait du bien, ça m’a permis de me ressourcer avec ma famille. Et puis j’ai de toute manière plutôt l’habitude d’enchaîner les matchs au fil de mes saisons. Après, cette compet' c’est un truc nouveau, je ne sais pas comme elle se passera, j’espère juste ne pas revenir cramé non plus.

>> A lire aussi : Football: Les nouveaux guides du Racing club de Strasbourg

Avez-vous des nouvelles de vos potes du Racing qui ont gagné difficilement en Coupe, samedi (4-2) ?

On parle régulièrement, avec Mayo [N’Doye], Ihsan [Sacko], Baho [Stéphane Bahoken], Eric [Marester]… Par texto ou par Snapchat, on échange, on rigole. Quand ils balancent un snap avec -7°, moi je leur réponds avec 27° ! Ce sont des potes, ils sont contents pour moi, et je leur souhaite aussi de vivre des expériences comme celle-là.

Avec dix réalisations en Ligue 2, Khalid Boutaïb est le quatrième meilleur buteur du championnat.
Avec dix réalisations en Ligue 2, Khalid Boutaïb est le quatrième meilleur buteur du championnat. - G. Varela / 20 Minutes

Avez-vous vu quelques images du 32e de finale de Coupe (contre Epinal) ?

J’ai tenté de voir le résumé sur Eurosport, mais ce n’est pas possible à l’étranger ! Enfin, j’ai quand même vu le penalty de Jérémy [Blayac] sur Facebook. Quand le match a commencé, j’étais à l’entraînement. A la fin de la séance, ils perdaient 1-0. Quand je suis rentré dans le bus, 2-0. J'étais dégoûté. Et puis quand je suis sorti de la douche, il y avait 2-2. Mais je n’ai pas pu suivre la fin en direct, puisqu’on passait à table et j’ai dû laisser le portable dans ma chambre. En sortant, j’étais soulagé en voyant qu’ils avaient finalement gagné 4-2.

Quel regard portez-vous sur vos premiers mois au Racing ?

Ça a plutôt bien marché pour moi jusqu’à présent. Mais cela aurait pu être quelqu’un d’autre à ma place. Je ne suis pas vital, j’espère qu’en mon absence, d’autres feront le boulot, pour pourquoi pas arriver à quelque chose de beau cette saison ! Il faut surtout se méfier de la deuxième partie de saison, c’est un deuxième championnat, plus dur, qui commence. Il faudra au minimum remettre les mêmes ingrédients.

>> A lire aussi : Football: Strasbourg veut consolider sa place en Ligue 2, son effectif et son stade

Vous êtes en fin de contrat en juin, avez-vous une idée de la suite de votre carrière ?

Il tente de marquer de la tête, mais Khalid Boutaïb ne veut pas se prendre la tête avec la suite de carrière, puisqu'il est en fin de contrat avec le Racing, en juin.
Il tente de marquer de la tête, mais Khalid Boutaïb ne veut pas se prendre la tête avec la suite de carrière, puisqu'il est en fin de contrat avec le Racing, en juin. - G. Varela/ 20 Minutes

Je ne me prends pas la tête. Est-ce que je vais rester ? La question n’est pas encore d’actualité. Pour le moment, je vais essayer de faire une bonne CAN puis d’aider le Racing à remplir ses objectifs, avec le maintien à assurer d’abord. On verra la suite d’ici la fin de la saison. Si une opportunité que je ne peux pas refuser se présente, je partirai, mais je sais très bien ce que j’ai aussi au Racing ! Je ne m’en inquiète pas. Je suis habitué à signer des contrats d’un an de toute façon.