Strasbourg : Proprios qui louent dans l’illégalité des appartements « type Airbnb », c’est la saison des contrôles

IMMOBILIER Des agents assermentés de l’Eurométropole effectuent les premiers contrôles in situ des locations de meublés touristiques…

Gilles Varela
— 
Contrôle par un agent assermenté d'un appartement à loué meublé touristique. Strasbourg le 19 décembre 2016.
Contrôle par un agent assermenté d'un appartement à loué meublé touristique. Strasbourg le 19 décembre 2016. — G. Varela / 20 Minutes

La ville de Strasbourg n’a pas dans sa hotte que des cadeaux, elle a également des agents assermentés qui depuis quelques jours tapent à la porte de propriétaires soupçonnés de louer illégalement des appartements meublés tourisitiques via des plateformes du type Airbnb…

Des contrôles difficiles

Après l’information vient l’heure de la répression, mais dans le dialogue assure-t-on à la ville. Après une campagne d’information menée cet été sur l’entrée en vigueur du nouveau règlement municipal fixant les conditions de délivrance des autorisations d’usage de locaux d’habitation, les premiers contrôles « in situ » sont en cours. Croisement des données, identifications, les agents passent à la loupe les logements qui leur semblent suspects. Noms sur les sonnettes, clés sous le pallaisson, enquête auprès du voisinage, tout est bon pour vérifier le bon respect des règles. Une tâche ardue souligne les agents assermentés, « car c’est souvent des touristes qui ouvrent leur porte où répondent à nos questions. Pas question de leur faire peur. » Une tâche difficile voire tendue pour les agents qui, lorsqu’ils ne trouvent pas portes closes où protégées par un digicode, peuvent tomber sur un inconnu très remonté, comme ce fût le cas lundi dans un immeuble rue des serruriers qui a refusé catégoriquement de répondre à l’agent assermenté et n’a pas ménagé ses efforts pour indiquer à cette dernière qu’elle n’était pas la bienvenue.

Le juste équilibre

« L’objectif est de freiner une dynamique spéculative et permettre au plus grand nombre d’avoir accès au marché locatif, de lutter contre l’envolée des prix de l’immobilier et de conserver le juste équilibre entre habitat et activités professionnelles, explique Alain Fontanel, premier adjoint au maire. Mais nous ne faisons pas la chasse aux locations de ce type, cela fait venir des touristes qui ne peuvent pas payer plus cher où ceux qui ont des contraintes comme les familles. Mais les propriétaires doivent respecter les lois et cela doit rester dans des proportions raisonnables. »

Des clés sous un paillasson d'un appartement meublés touristique à Strasbourg le 19 décembre 2016.
Des clés sous un paillasson d'un appartement meublés touristique à Strasbourg le 19 décembre 2016. - G. Varela / 20 Minutes

Des amendes pas assez dissuasives

Et c’est les mutli propriétaires qui sont particulièrement visés, certains neutralisants parfois un immeuble entier pour les locations touristiques alors que cela ne doit pas dépasser 50 % des habitations. Et les sanctions sont prévues par la loi. Elles peuvent aller jusqu’à une amende de 25.000 euros. « Mais elles ne sont pas assez dissuasives, estime Syamak Agha Babaei en charge du dossier pour l’Eurométropole. Cela peut paraître beaucoup 25.000 euros, mais ce n’est pas assez dans certains cas. On estime que certains propriétaires pourraient gagner jusqu’à 65.000 euros pendant la période de Noël. Pour être vraiment dissuasive, l’amende devrait être 10 fois plus importante. »

Pour l’heure, aucune poursuite judiciaire n’a encore été demandée. De nombreux propriétaires, souvent de bonne foi, essayent de régulariser la situation.