VIDEO. Strasbourg: On a exploré le système solaire grâce à la réalité virtuelle

SCIENCES En vue de la construction de son futur planétarium, le Jardin des sciences de l’université de Strasbourg travaille sur une application permettant l’immersion du public dans le système solaire…

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg, le 12 decembre 2016: experimentation immersive dan sle systeme solaire  pour le planetarium de Strasbourg Lancer le diaporama
Strasbourg, le 12 decembre 2016: experimentation immersive dan sle systeme solaire pour le planetarium de Strasbourg — Alexia Ighirri/20 Minutes

A l’heure à laquelle l’astronaute français Thomas Pesquet a la tête dans les étoiles, on pourra, nous, se vanter de s’être promené dans le système solaire. D’avoir pu regarder le soleil sans se brûler les yeux et d’avoir évité de peu de se prendre Vénus, lancée à toute vitesse, en pleine figure. Merci la réalité virtuelle.

Le Jardin des sciences de l’université de Strasbourg est en effet en train de travailler sur une performance immersive. Intitulée « Celestial Bodies. An embodied Orrery/Corps célestes. Le planétaire incarné » et issue du projet « Spectaculaire astronomie », elle propose de se projeter au plus près des planètes et du soleil pour observer leurs trajectoires.

>> Les porteurs du projet donnent un aperçu de cette immersion dans le système solaire

Si le graphisme n’est pas encore abouti, l’expérience reste assez fascinante. Casque sur les yeux, on se prend au jeu : on s’amuse à traverser le soleil, à regarder la Terre tourner autour, à constater que Mercure va drôlement vite sur sa trajectoire par rapport aux autres.

Avec une seule pression sur son casque, il est aussi possible de saisir une planète pour mieux l’observer et de la déplacer à sa guise, tandis qu’un avatar virtuel sert de guide mais aussi de médiateur scientifique.

>> A lire aussi: Comment tous les écoliers sont formés à l’astronomie depuis six ans à Strasbourg

Ce projet doit aboutir, dans un an environ, à la création d’une application pour mobile et tablette, à glisser dans un casque de réalité virtuelle. Elle viendra ensuite enrichir l’offre du futur planétarium de Strasbourg qui sortira de terre en 2019.

« On expérimente de nouveaux outils dans le but de faire participer les visiteurs du planétarium, qui a toujours été un espace de vulgarisation de l’astronomie mais aussi un lieu de spectacle avec des technologies de pointe. Avec aussi la volonté d’encourager l’immersion du public », explique Sébastien Soubiran, directeur adjoint du Jardin des sciences.

A moins de vraiment les envoyer dans l’espace, difficile de rapprocher davantage les visiteurs du système solaire.