Football: Baptiste Guillaume «aimerait vraiment marquer un but à (lui)» au Racing, mais il délivre déjà des passes décisives contre Lens (3-1)

SPORT Auteur d'une deuxième passe décisive en deux matchs contre son club formateur du RC Lens, l'attaquant Baptiste Guillaume semble prendre ses marques au Racing club de Strasbourg...

Bruno Poussard

— 

Baptiste Guillaume a délivré une passe décisive contre son ancien club du RC Lens, samedi.
Baptiste Guillaume a délivré une passe décisive contre son ancien club du RC Lens, samedi. — RC Strasbourg Alsace.

Samedi, le compte Twitter « Guillaume a marqué ? » a encore frappé. D’un « non », @EdgDayDay a encore usé du comique de répétition. Il en va ainsi depuis le début de la saison pour l’attaquant du Racing club de Strasbourg. Jamais épargné par les critiques, Baptiste Guillaume monte pourtant doucement en puissance.

Contre son club formateur du RC Lens (3-1), il n’a certes pas encore marqué en Ligue 2 sous le maillot bleu, mais le Belge prêté par Lille a délivré une passe décisive à Stéphane Bahoken. Sa deuxième en deux matchs de championnat. « Dans le jeu, il est arrivé comme un ado, et il est en train de devenir un homme », estime Thierry Laurey.

« Il a compris ce qu’on attendait de lui, complète l’entraîneur du Racing. Si aujourd’hui on se crée pas mal d’occasions, il n’y est pas pour rien, dans notre système. » Pour 20 Minutes, l’attaquant revient sur ses premiers mois en Alsace, ses progrès du moment, les critiques subies et ses racines lensoises toujours vives…

Sur ses débuts assez compliqués. « J’ai beaucoup bougé ces dernières années et là je suis en train de trouver un club pour me stabiliser un peu, qui me permet de retrouver de la confiance en jouant. J’ai des coéquipiers que j’apprends de plus en plus à connaître, en dehors comme sur le terrain, ça se ressent. Et le coach me fait confiance. Je me suis remis en question et je lui montre. Avec ses consignes et du travail, je suis sur la pente ascendante, je pense. »

Sur les critiques vivement répétées. « J’ai pris l’habitude, parce que j’ai été sifflé à Lens, à Lille, et puis ici. Je suis attaquant, et un attaquant, ça doit marquer. Donc quand il ne marque pas, il est sifflé. J’ai appris avec le temps qu’il faut savoir rester dans sa bulle, faire abstraction de ça. »

« Je peux aussi remercier ma famille qui m’aide parfois à me vider la tête parce que ce n’est pas toujours évident. Surtout au tout début. Mais avec les trois années que j’ai passées, j’apprends vite. Je ne vais pas dire que ça me dérange plus parce que ça me touche toujours malgré tout, mais j’apprends de plus en plus à laisser ça de côté. Je passe au-dessus, je vis ma vie, mon sport, ma passion. »

Sur ses progrès, et sa deuxième passe décisive. « J’en discutais avec mes coéquipiers, c’est un système que j’apprécie, à trois devant, assez proches. Avant, on était éloignés, c’était plus dur de se trouver. La relation est aussi meilleure entre nous. […] Il a fallu un temps d’adaptation, mais je savais que par le travail finirait par payer. C’est la deuxième passe décisive, donc je me dis que ce n’est pas anecdotique. Si peut ça peut aider l’équipe, je suis surtout heureux pour ça. »

Premier but en @dominosligue2 pour Ernest Seka aujourd'hui ! ⚽️ . #TousRacing #RCSARCL #ensembL2

A photo posted by RC Strasbourg Alsace (@rcsa) on

Et les buts ? « J’ai marqué en Coupe de France, contre Auxerre aussi, mais on ne me l’a pas accordé. J’aimerais vraiment marquer un but à moi en Ligue 2, je vais continuer à travailler pour, mais si je peux encore délivrer des passes décisives, je continuerai. »

Sur les sifflets du parcage lensois à sa sortie, samedi. « Je ne suis pas le premier, je ne serai pas dernier non plus. Je m’y attendais. Mais j’en fais abstraction comme les trois points sont là, les sifflets ne me dérangent pas. […] Ce contexte, j’y ai pensé un peu au début du match, mais ensuite, quand on se met dedans, on oublie vite la pression des supporters adverses, et se conforte avec nos supporters à nous. Ils nous ont beaucoup poussés vers l’avant, ça a aussi joué dans la victoire. »

Sur ses relations avec son club formateur. « J’y suis arrivé à 14 ans, j’y ai passé une bonne partie de ma jeunesse (près de sept ans). C’est un club à qui je dois tout, parce qu’ils m’ont formé, appris beaucoup et permis de signer mon premier contrat pro. Je remonte de temps en temps, j’ai de bon contact avec le président, des anciens dirigeants, des joueurs avec qui je suis pote aussi, comme Benjamin Bourigeaud, que j’ai pu voir avant, pendant et après le match ! »

Devant 22 062 spectateurs, le #RCSA domine le @rclens 3-1. 💪🏼 . #RCSARCL #TousRacing #ensembL2

A photo posted by RC Strasbourg Alsace (@rcsa) on

Sur la belle victoire contre Lens (3-1) et la série en cours. « On a fait un grand match, et on a frappé fort, devant un public nombreux. On avait à cœur de faire ce qu’il fallait et je crois qu’on l’a prouvé. On a fait un pas en avant comme on l’espérait. Cette victoire nous permet de grappiller quelques places, et si on veut finir cette série en beauté (avant la trêve), il reste un match à ne pas négliger ( contre Niort, vendredi), il faut surtout rester concentrés. Si on gagne, ce sera la cinquième victoire consécutive avec la Coupe. »