Strasbourg: La CTS met en place une «unité de sûreté» pour son réseau de tram et bus (Illustration)
Strasbourg: La CTS met en place une «unité de sûreté» pour son réseau de tram et bus (Illustration) — Gilles Varela

TRANSPORTS

Strasbourg: La CTS met en place une «unité de sûreté» pour son réseau de tram et bus

Dans le cadre d'une réflexion globale sur la sécurisation des installations de la CTS, les agents de contrôles et d'intervention seront regroupés dans une même unité...

La sûreté du réseau de tram et de bus est sur les rails. Outre son 140e anniversaire ou encore l’extension du tram vers Kehl, l’année 2017 de la  Compagnie des transports strasbourgeois (CTS) sera marquée par une réflexion sur la sécurisation de son service.

>> Un nouveau logo pour les 140 ans de la Compagnie des transports strasbourgeois

Le but ? Accompagner les usagers de la CTS dans les meilleures conditions, mais aussi sécuriser ses propres infrastructures. A l'instar des fosses actuellement en place sur les lignes de tram pendant le marché de Noël.

« C’est une décision prise un peu après l’été quand on a vu l’ampleur des problématiques. Le contexte n’est pas toujours facile. Les agents y sont confrontés quand ils travaillent sur le terrain, débute Jean-Philippe Lally, directeur général de la CTS. Quand les contrôleurs sont sur le terrain, ils vérifient bien sûr les tickets mais ils contribuent aussi au sentiment de sécurité des usagers de la CTS. »

Réflexion durant le premier trimestre 2017

L’idée ? Créer une nouvelle « unité de sûreté » au sein de la compagnie qui va regrouper la totalité de ses efforts en termes de contrôle, d’intervention et de présence sur le terrain. Elle devrait a priori concerner une centaine de personnes.

Ces dernières vont ainsi œuvrer pour améliorer les conditions d’exploitation et de voyage afin qu’elles soient satisfaisantes et apaisées.

>> A lire aussi: Une station de la peur sur la ligne B du tram à Strasbourg?

Elles dépendront d’un seul référent. « Ce travail s’effectuait jusqu’alors sous la responsabilité de différentes personnes, qui ne croisaient par leur vision, qui n’étaient pas toutes en contact avec les forces de police par exemple, illustre le directeur général. On va nommer une seule personne qui gérera les équipes de contrôle et d’intervention. »

Faire baisser la fraude

Si l’unité est déjà mise en place, la réflexion globale sur la sécurisation du réseau va vraiment être menée durant le premier trimestre 2017. Laissant ainsi le temps à une réorganisation. « Ce n’est pas qu’une question de sécurité des agents sur le terrain, c’est aussi la problématique de celles de nos plateformes, de toutes nos installations, de nos méthodes de fonctionnement », poursuit Jean-Philippe Lally.

Dans ce cadre donc, la société va enclencher un travail avec l’ensemble du personnel sur les méthodes de contrôle. « On a besoin d’être plus présent sur le terrain, mais aussi de faire diminuer encore la fraude. Elle a déjà baissé mais on a du mal à passer un cap supérieur ». La réflexion est donc encore loin de son terminus, la priorité ayant été donnée ces dernières semaines aux perturbations du réseau de bus et de tram liées à la sécurité du marché de Noël.