Alsace: La bière de Noël, une douce tradition épicée redevenue à la mode

TRADITION Historiquement destinée à remercier collègues ou fournisseurs, la bière de Noël est une vieille tradition redevenue «hype» au fil des dernières décennies, et particulièrement en Alsace...

Bruno Poussard

— 

Au magasin Strasbourg bière import dans le centre de Strasbourg, plus d'une quinzaine de bières de Noël sont en vente.
Au magasin Strasbourg bière import dans le centre de Strasbourg, plus d'une quinzaine de bières de Noël sont en vente. — B. Poussard / 20 Minutes.

Ils font partie des premiers à plonger dans l’ambiance de Noël. Dès le mois d’octobre, voire avant, les brasseurs alsaciens (comme les Nordistes) s’y mettent. La tradition n’attend pas. Si la date de lancement officielle est programmée mi-novembre, certaines bières de Noël sont même accessibles en grande surface bien avant la Toussaint.

>> A lire aussi : La bière de Noël fait pétiller les amateurs

La richesse de ces brassins hivernaux tient à leur douceur, leur teneur légèrement rehaussée et leur goût diversifié. « Une bière plus charpentée, pas amère », complète Eric Trossat, président du syndicat des brasseurs d’Alsace. Si le processus de fabrication ne change en rien d’une pils classique, les ingrédients, en revanche, sont plus variés.

Des bières plus charpentées mais plus douces et souvent épicées

Du magasin Strasbourg bière import dans le centre de Strasbourg, Pascal Sidot prolonge encore : « Elles sont plus ambrées, souvent plus épicées et parfois avec de la cannelle. » Si elle demande plus de temps côté brasserie, c’est que la bière offre aussi une grande place à la créativité. « Un nouvel univers », pour Chistian Artzner de la Perle.

Parmi ces bières de plus en plus vendues chez Strasbourg bière import, des alsaciennes, des vosgiennes, des mosellanes, mais aussi des belges.
Parmi ces bières de plus en plus vendues chez Strasbourg bière import, des alsaciennes, des vosgiennes, des mosellanes, mais aussi des belges. - B. Poussard / 20 Minutes.

Modifiée légèrement chaque année, cette bière artisanale de Noël ne contient pas de cannelle, mais du gingembre, de la cardamome, de la badiane, ou encore du clou girofle. Ici, pas de secret. « On a beau donner la recette, les matières premières ne font pas tout, embraye le créateur de la Perle. La personnalité du brasseur s’exprime. »

Recette secrète pour les gros brasseurs, évolutive pour les petits

La recette des gros brasseurs est, elle, nettement plus cachée, et moins évolutive. « Notre succès tient pour beaucoup à notre recette, que nous conservons précieusement », pose Edouard Haag, directeur commercial de Meteor. Suivi par Laura Gangloff, de chez Licorne : « Notre maître brasseur garde secrètement la recette. »

>> A lire aussi : La bière de Noël, entre tradition et marketing

Pour les plus petits, l’originalité n’a pas de limite. De la microbrasserie La Lanterne, aussi basée à Strasbourg, Philippe Bildstein travaille, lui, sur une ambrée (cette année) et, plus rare, une (habituelle) blanche de Noël. « On essaye de surprendre, de sortir des sentiers battus, commente-t-il. Tout peut exister. Et parfois, on est les premiers surpris. »

La créativité des microbrasseries pour se différencier

« Tout le monde y met un peu de poésie, reprend Eric Trossat, de la brasserie Uberach. C’est un moment pour se faire plaisir. » Certains, par exemple, n’y ajoutent pas d’épices. « Ça permet aussi de nous différencier, estime encore Christian Artzner inspiré une fois par une bière au poivre québécoise. Les Allemands, eux, n’en font pas, par exemple. »

En Alsace, la période est propice à l’émulation. « On se demande toujours ce que les confrères vont préparer », ajoute Eric Trossat, qui a cédé à la mode avec cannelle et écorces d’orange voilà trois ans. Historique, la bière de Noël n’est effectivement redevenue à la mode récemment, avec l’entrée de la bière dans une mouvance hype.

Une tradition redevenue à la mode, après des années d’oubli

A l’origine, ces brassins-là marquaient en fait les étrennes. Un moyen de remercier ses collègues, ses fournisseurs ou encore ses clients en fin d’année. « Tombée en désuétude, la tradition a été relancée depuis 20 ou 30 ans », décrit Eric Trossat. De Meteor, Edouard Haag replace, lui, la relance fin eighties, place Gutenberg à Strasbourg.

>> A lire aussi : La bière de Noël, un bon petit coup de com

En revanche encore peu connue en dehors de la région (et de celle du Nord), la tradition continue de grandir en Alsace. Avec plus d’une quinzaine en rayon (entre bières alsaciennes, vosgiennes, mosellanes et belges), le responsable de Strasbourg bière import remarque en vendre encore plus cette année. « Peut-être à cause du froid », s’amuse Pascal Sidot.

Le marché grandit, la concurrence reste limitée. « Au contraire, on a une offre complémentaire, on avance ensemble », coupe Eric Trossat. Pour Uberach, la bière de Noël représente « un 13e mois » contre « 10 % du volume annuel » chez Perle. Christian Artzner termine : « Ensemble, on a un message commun fort ». Et une douce bière.

Dégustation en live sur Facebook ce jeudi à 18h30. A partir de 18h30 ce jeudi sur la page Facebook de 20 Minutes Strasbourg, vous pourrez suivre en direct la dégustation de bières par trois internautes choisis après un appel lancé la semaine passée.