Menaces d'attentats: «Une annulation du marché de Noël de Strasbourg ? Ce serait de la folie», entend-on entre les chalets

INTERPELLATIONS En pleine installation, les commerçants du marché de Noël de Strasbourg s’inquiètent de l’ambiance et la fréquentation après les cinq arrestations dans le cadre d’une enquête antiterroriste…

Bruno Poussard

— 

Comme ici place du Temple Neuf, les chalets du marché de Noël sont en pleine installation alors qu'un coup de filet antiterroriste a eu lieu à Strasbourg ce week-end.
Comme ici place du Temple Neuf, les chalets du marché de Noël sont en pleine installation alors qu'un coup de filet antiterroriste a eu lieu à Strasbourg ce week-end. — B. Poussard / 20 Minutes.

Certains, pour être honnêtes, n’étaient même pas au courant ce lundi matin. L’annonce de l’arrestation de cinq suspects à Strasbourg dans le cadre d’une longue enquête antiterroriste a pourtant entraîné quelques craintes parmi les commerçants du marché de Noël, à quatre jours de l’inauguration de sa 446e édition, vendredi.

>> A lire aussi : Menaces d'attentats: Le marché de Noël de Strasbourg ne sera pas annulé malgré l'opération antiterroriste

Pas tellement d’une éventuelle annulation. « Ce serait de folie d’en arriver là, on reste dans un pays de liberté », tranche Patrice, en pleine installation. Mais plutôt de l’impact éventuel sur le climat au sein de la population. « On ne préfère pas trop en parler, parce qu’à ce rythme, on devrait tout fermer », résume ce Bas-Rhinois de la vallée de la Bruche.

« Pas plus de risques sur le marché qu’ailleurs »

Responsable de chalets sur la place Benjamin Zix et celle de la place Broglie depuis près de 30 ans, Claude s’interroge sur le moral des gens : « Avec ces restrictions, ces barrières, cette ambiance dure depuis l’an dernier et c’est triste. Mais il ne faut pas rester à la maison. Ce qui importe, c’est leur plaisir. Le reste, ce n’est pas notre problème. »

>> A lire aussi : VIDEO. Attentat déjoué: Ce que l'on sait des suspects arrêtés à Strasbourg et Marseille

« Des gens ont peur, d’autres se disent qu’il ne faut pas se laisser faire, complète Jean-Pierre, sur la place Jean Meunier. Moi, j’ai l’habitude de me battre. » Le message que les commerçants veulent faire passer est clair. « Il n’y a pas plus de risques ici qu’ailleurs », résume ainsi une commerçante non loin de la cathédrale.

Les interrogations plutôt sur la rentabilité qu’une possible annulation

C’est que l’enjeu est grand pour certains. Déjà déplacé cet hiver du parvis de la gare à la place Saint Thomas dans le centre pour des raisons de sécurité, Patrice s’interroge plutôt sur les évolutions possibles de rentabilité pendant  cette édition 2016 du marché : « Avec nouvel emplacement, ne risque-t-on pas de perdre en chiffre d’affaires ? »

>> A lire aussi : Terrorisme: «Aucune information» sur un lien entre les quatre arrestations et le marché de Noël

Le marché de Noël peut ainsi parfois représenter jusqu’à la moitié du bilan comptable annuel. « Et l’année dernière, déjà marquée par la sécurité, nous avions subi un premier contrecoup, après plusieurs années stagnantes, embraye Jean-Pierre, aux fruits bios. J’espère que les gens nous resterons fidèles, car nous, on leur reste fidèles. »