Strasbourg: L'association Peta veut renommer la place de la Grande Boucherie, pour défendre la cause animale

ANIMAUX A l’occasion du mois mondial vegan, l’association Peta envoie un courrier au maire de Strasbourg pour demander de renommer la rue de la Grande Boucherie, et faire parler de la cause animale…

Bruno Poussard (avec A.I.)

— 

La place de la Grande Boucherie est visée par l'association PETA, à défaut de rue de l'Abattoir au nom changé.
La place de la Grande Boucherie est visée par l'association PETA, à défaut de rue de l'Abattoir au nom changé. — B. Poussard / 20 Minutes.

L’envoi est prévu en cette fin de semaine. Le maire de Strasbourg Roland Ries pourrait donc recevoir un courrier de l’association Pour un traitement éthique des animaux (Peta) ce vendredi. Dans celui-ci, les militants comptent lui demander de renommer la place de la Grande Boucherie, à l’occasion du « Mois mondial vegan » en novembre.

Une initiative novatrice en guise de drôle de coup de com, afin de faire parler de la cause animale. « Il y a partout en France des noms de rues en rapport à l’élevage ou l’abattage, alors on a choisi ceux où ça fonctionne le mieux, dans plusieurs grandes villes », explique Anissa Putois, de l’ONG.  Après Lille, c’est donc au tour de Strasbourg.

>> A lire aussi : Lille: L'association Peta demande de rebaptiser la rue du Jambon

De la rue de l’Abattoir à la place de la Grande Boucherie

Mais il est en fait impossible de renommer les noms des rues du centre-ville historique à Strasbourg.
Mais il est en fait impossible de renommer les noms des rues du centre-ville historique à Strasbourg. - B. Poussard / 20 Minutes.

Initialement, Peta avait ici pensé à la rue de l’Abattoir, située près du marché gare, à Cronenbourg. Pourtant toujours affichée sur Google Maps par exemple, cette allée ne s’appelle en fait plus ainsi depuis l’implantation de… la SPA ! Devant cette rue renommée en deux temps (entre 1999 et 2011), l’association a changé son fusil d’épaule.

En faveur d’une considération commune aux Hommes et aux animaux, Peta propose finalement de remplacer la place la Grande Boucherie par le Grand Potager. Dans ce cas, elle promet même d’envoyer un panier de légumes à la mairie. « S’ils changent la rue, même temporairement, on pourrait être très généreux ! », termine Anissa Putois.

Une réunion de la commission de dénomination des rues à venir

Avant même la réception de ce courrier, l’adjoint au centre-ville est à l’écoute. « S’il y a des choses qui mettent en exergue une maltraitance animale manifeste, j’y serai sensible, mais je ne veux pas rentrer une démarche politico-politacarde », précise Paul Meyer, d’ailleurs opposant au projet de ferme des 1.200 taurillons près d’Haguenau.

>> A lire aussi : Bas-Rhin: Pourquoi le projet de ferme géante de 1.200 taurillons fait polémique

Comme à l’habitude, la commission de dénomination des rues de Strasbourg (composée d’une quarantaine de personnes et dirigée par Alain Fontanel) doit justement se réunir en cette fin d’année, autour d’élus et autres membres de l’Eurométropole, de gendarmes, de postiers ou encore de membres de plusieurs associations.

La fameuse place de la Grande Boucherie.
La fameuse place de la Grande Boucherie. - B. Poussard / 20 Minutes.

Les noms des rues du centre-ville ne peuvent pas changer

Mais la démarche de Peta n’a tout bonnement aucune chance d’aboutir. « Parce qu’il est impossible de changer les noms de rue sur la Grande Île, explique Maurice Moszberger, co-auteur du dictionnaire des rues de Strasbourg. Et puis la place de la Grande Boucherie remonte à l’ancien abattoir municipal. » Et au XIXe siècle.

L’histoire, la commission ne reviendra donc pas dessus. Si elle travaille sur les noms des nouvelles rues, elle en change relativement peu. Au cours de ses deux rassemblements annuels, elle se focalise en revanche sur la féminisation. « Il y a environ 100 noms de femmes pour 900 d’hommes, la ville veut se rapprocher de l’égalité », détaille Maurice Moszberger, qui y siège au nom des Amis du vieux Strasbourg.

Des rues de la truite, du goujon ou du saumon…

Mais les animaux et leurs droits ne sont pas complètement oubliés à Strasbourg, entre la rue de la truite, celle du goujon ou le chemin de l’anguille… « Qui, tous, relèvent du patrimoine du côté de la Robertsau », complète l’ancien chercheur Maurice Moszberger. Puisqu’on en parle, les bureaux de 20 Minutes se trouvent d’ailleurs rue du Saumon…

La place de la Grande Boucherie compte plusieurs boutiques et restaurants.
La place de la Grande Boucherie compte plusieurs boutiques et restaurants. - B. Poussard / 20 Minutes.

L’élu Paul Meyer, lui, pense déjà inviter l’association Peta à la partie Off du marché de Noël cet hiver. « Parce qu’on y parle développement des circuits courts, et qu’on demande aux gens de s’interroger sur la manière de mieux consommer, et ça sans extrémisme », conclut l’adjoint.