Strasbourg: Plus de cyclistes accidentés cette année, à qui la faute ?

SOCIETE En augmentation, le nombre de cyclistes impliqués dans des accidents depuis le début de l'année relance le débat sur la cohabitation avec les piétons et les automobilistes à Strasbourg...

Bruno Poussard

— 

Entre transports en commun, voitures et piétons, la vie de cycliste n'est pas de tout repos et demande une grande vigilance à Strasbourg.
Entre transports en commun, voitures et piétons, la vie de cycliste n'est pas de tout repos et demande une grande vigilance à Strasbourg. — G. VARELA /20 MINUTES

Le sujet n’est pas nouveau. Strasbourg a beau être la capitale nationale du vélo et la quatrième ville cyclable du monde, risques et conséquences de cette forte pratique ne peuvent être minimisés. La cohabitation avec les autres usagers de la route est toujours la source de nombreux échanges entre Alsaciens. Jusqu' au sein de notre rédaction.

>> A lire aussi : Capitale française du vélo, Strasbourg a désormais aussi son film documentaire

Entre une piétonne, un cycliste et un automobiliste (à deux ou quatre roues), les discussions sont entre nous parfois vives certains jours. Un piéton au milieu d’une piste cyclable, la vitesse excessive d’un cycliste sans frein en pleine rue piétonne ou encore une voiture (très) mal garée sur un trottoir font partie de nos agacements matinaux.

Des cyclistes en faute dans 50 % des 97 accidents de l’année

Et si le sujet s’en retrouve sur le devant de la scène aujourd’hui, c’est que le nombre d’accidents impliquant des cyclistes est en (légère) augmentation. Sur les neuf premiers mois de l’année, 97 ont été recensés par la police, contre 77 en 2015. Alors, à qui la faute ? Dans la moitié des cas seulement, des vélocipédistes avaient commis une erreur.

Un aménagement piétons vélos boulevard Jean Jaures dénoncé par l'association
Un aménagement piétons vélos boulevard Jean Jaures dénoncé par l'association - G . VARELA / 20 MINUTES

« La sécurité routière n’est pas un problème gravissime à Strasbourg, mais le phénomène des incivilités prend de l’ampleur, remarque néanmoins Jean Hayet, directeur départemental adjoint de la sécurité publique. Et la population des cyclistes est en augmentation, on est passé de pratiquants habitués au quotidien à de nouveaux usagers, toujours plus nombreux. »

Quelques cyclistes dangereux, et d’autres apeurés de cette image

Casque sur la tête, Léo, coursier, subit au quotidien l’image transgressive et dangereuse des vélos à Strasbourg : « Certains conduisent très mal, c’est sûr. Griller un feu, pourquoi pas quand tu as de la visibilité mais sinon, c’est à proscrire ! » Comme rouler vite à proximité d’enfants en zone de confrontation, situation d’angoisse pour de nombreux parents…

>> A lire aussi : Strasbourg: Un piéton blessé par une cycliste, la police lance un appel à témoins

Pourtant prudent, ce jeune vingtenaire se sent lui aussi en danger : « Pas seulement par les voitures, mais aussi par des piétons qui sont régulièrement sur les pistes cyclables par exemple. […] Les automobilistes ont également tendance à dénigrer les cyclistes et donc ne pas respecter les priorités. En cas de choc, la situation d’un cycliste est dangereuse. »

>> A lire aussi : Strasbourg : Un cycliste décède dans un accident

Une cohabitation toujours compliquée à cause de quelques incivilités

« La cohabitation est surtout difficile lorsque des zones rentrent en confrontation, estime quant à elle Elodie, Strasbourgeoise à vélo depuis sept ans. Certaines voitures ne respectent pas les cyclistes sur la chaussée. Certains cyclistes roulent sur les trottoirs sans faire attention aux piétons. Et certains piétons marchent sur les pistes cyclables. »

Les coursiers à vélo passent leur temps à l'extérieur.
Les coursiers à vélo passent leur temps à l'extérieur. - B. Poussard / 20 Minutes.

Elle termine : « Une minorité de chaque groupe donne une mauvaise image de l’ensemble de chacun d’eux. » Dans l’échange, les patrouilles de police veulent inciter à la prudence. Sans pour autant généraliser une pratique à risques, ni cibler les cyclistes. « Ce problème est individuel, et il passe par la responsabilisation des usagers », rebondit Jean Hayet.

>> A lire aussi : Strasbourg: De nouveaux arceaux pour convaincre les cyclistes de devenir piétons

Une campagne de sensibilisation avant… des verbalisations plus nombreuses ?

Et le deuxième policier du Bas-Rhin de conclure : « Chacun se croit prioritaire, il y a un équilibre à trouver. Parce qu’à la fin, tout le monde peut se retrouver blessé. Et puis on a eu des affaires qui pouvaient très mal se terminer alors qu’elles partaient d’une simple altercation de voie routière. » Pour éviter le conflit, l’heure est à la sensibilisation.