Football: Face à Auxerre, Strasbourg renoue avec la réussite

SPORTS Le Racing s'est imposé au stade de la Meinau face à Auxerre, vendredi, lors de la 12e journée de Domino's Ligue 2...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg le 19 septembre 2016. Foot RCS vs Red Star Khalid BOUTAIB Racing
Strasbourg le 19 septembre 2016. Foot RCS vs Red Star Khalid BOUTAIB Racing — G. Varela / 20 Minutes

A Strasbourg, on a cru à la malédiction quand Auxerre a égalisé à la 70e. Mais une dizaine de minutes plus tard, ce sont des Strasbourgeois « libérés, délivrés » (oui, c’était facile) qui ont célébré le but de Baptiste Guillaume, ou plutôt le but contre son camp de Stéphane Sparagna. Qu’importe la manière, vendredi, le Racing a su répondre à cette fameuse « obligation de résultat » dont on a beaucoup entendu parler dans les allées du stade de la Meinau, en s’imposant 2-1, après trois défaites et deux nuls lors de ses cinq dernières sorties. Et pour ce succès, le club alsacien a renoué avec la réussite mais aussi ses classiques.

De la réussite face au but. L’ouverture du score par le Strasbourgeois Khalid Boutaïb ou l’égalisation par Courtet ne souffre d’aucune contestation. En revanche, le but de la victoire, attribué à Baptiste Guillaume, se révèle être tir non-cadré du Strasbourgeois poussé dans ses filets par un Auxerrois. Un vrai cafouillage. En fait, Strasbourg aura eu peu d’occasions et n’a de loin pas produit son plus beau jeu vendredi. « On est tellement peu chanceux en ce moment, débute Thierry Laurey. On a été moins brillant mais il fallait arracher la victoire. On a été plus efficace. Souvent quand les stats sont en leur faveur, les équipes perdent ».

Une défense solide. Avec Saad et Marester suspendus, Mangane blessé, ce n’était pas forcément gagné. Mais Seka et Salmier ont fait le boulot : malgré les tentatives d’Auxerre, la défense a tenu bon. « On a fait les choses défensivement, se réjouit le coach strasbourgeois. A part sur le but, il faudra me dire à quel moment Alex (Oukidja, le gardien) a été mis en danger. Cette charnière, inédite en Ligue 2, a bien fonctionné : elle a été plutôt complémentaire, réaliste. Ils n’ont pas cherché à faire dans la dentelle, ils n’ont pas pris de risques. Il y a eu une ou deux incompréhensions, mais elles n’ont pas prêté à confusion ».

Un fin de série. La statistique est anecdotique, mais après deux matchs qui ont vu l’expulsion de Strasbourgeois (deux contre Valenciennes, un contre Brest), il n’y a pas eu de rouge à la Meinau. Et c’est quand même plus simple de jouer à 11 contre 11.