Grand Est: Quelles orientations budgétaires en 2017?

ECONOMIE Le président du conseil régional Philippe Richert a présenté les orientations budgétaires du Grand Est pour l'année 2017...

Gilles Varela

— 

Strasbourg le 4 janvier 2016. Premier conseil régional de la nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Archives.
Strasbourg le 4 janvier 2016. Premier conseil régional de la nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. Archives. — G Varela / 20 Minutes

« 2016 était un budget de transition et 2017 sera le budget de la vérité », a déclaré jeudi lors de sa présentation, le président de la région Grand Est, Philippe Richert.

Après le temps des ajustements et des incertitudes suite à la fusion des régions, le tout premier budget du Grand Est sera décisif et s’articulera entre « une maîtrise des dépenses de fonctionnement et des efforts d’optimisation et de rationalisation », promet la région. Avec un budget de 2,8 milliards d’euros pour 2017, Philippe Richert assure avancer dans la concertation la plus large possible et que les stratégies d’ensemble se précisent, même si pour la troisième année consécutive elles souffrent de la baisse des dotations de l’Etat, estimée une nouvelle fois à une quarantaine de millions d’euros alors que de nouvelles compétences lui sont transférées.

Mais qui dit baisse des ressources dit endettement plus fort. Si la dette au 1er janvier 2016 est de 2,3 milliards d’euros, l’objectif est de maîtriser l’endettement annuel (EAN) qui devrait avoisiner les 50 millions d’euros tout en maintenant un taux d’investissement élevé (objectif de 800 millions d’euros en 2017).

Afin d’optimiser et de rationaliser autant que possible le budget 2017, quatre priorités ont été clairement définies.

Les transports et les aménagements

Mailler le territoire, mais aussi faire face aux dépenses de fonctionnement tout en consacrant une part importante à l’investissement (155 millions en 2017) est un équilibre difficile à trouver. En 2017, avec un budget de 965 millions d’euros, les transports et la mobilité représente la plus grande masse budgétaire. Renouvellement et modernisation du matériel roulant, aménagement des gares, la région va devoir également prendre en charge la gestion complète des transports scolaires, auparavant à la charge du département.

>> A lire aussi : Alsace: La région récompensée pour son réseau TER

L’emploi

C’est la priorité et l’année 2017. Compétitivité, développement des écosystèmes d’innovation, recherche… La nouvelle feuille de route va pouvoir également s’appuyer sur des concrétisations comme l’usine du futur et l’accompagnement d’entreprises vers la transition numérique. L’agriculture aussi va bénéficier d’investissements pour l’aider mais aussi pour la moderniser. Enfin, l’accent sera mis sur la formation professionnelle. Au total, c’est 461 millions d’euros qui seront consacrés à l’emploi.

>> A lire aussi : Grand Est: Travailler à l’étranger, une bonne opportunité pour les demandeurs d’emploi?

La jeunesse

Avec plus d’un million de jeunes de moins de 29 ans, la région Grand Est compte être une terre d’avenir. Aussi, elle prévoit un budget de 512 millions d’euros et proposera de nouveaux outils pour l’orientation, pour développer l’apprentissage, multiplier les coopérations transfrontalières… Tout comme en 2016, la région s’est donné plusieurs objectifs comme faciliter l’insertion professionnelle ou soutenir et encourager l’entreprenariat des jeunes.

>> A lire aussi : Grande région Est: Cinq choses à savoir sur les grandes villes d'Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne

L’attractivité

Enfin, 213 millions d’euros vont être consacrés à l’environnement, la culture, le sport le tourisme ou bien encore à l’ouverture transfrontalière européenne afin de valoriser la région mais aussi renforcer son attractivité. A cette fin sera définie notamment une nouvelle stratégie pour le tourisme, dont les contours ne sont pas encore fixés mais qui s’appuiera évidemment sur le potentiel des trois anciennes régions.