Strasbourg: Les histoires méconnues de la Neustadt, candidate au patrimoine mondial de l’Unesco

URBANISME Alors que la visite de la délégation de l’Unesco était prévue pour ce mois d'octobre, 20 Minutes vous propose de découvrir des détails ou des histoires méconnus de ce quartier de Strasbourg…

Bruno Poussard

— 

La Neustadt pourrait bien entrer au patrimoine mondial de l'Unesco au même titre que la Grande-Île.
La Neustadt pourrait bien entrer au patrimoine mondial de l'Unesco au même titre que la Grande-Île. — B. Poussard / 20 Minutes.

Peut-être est-elle déjà passée. Peut-être débarquera-t-elle dans les jours à venir. Prévue en octobre, la visite d’une délégation de l’Unesco pour l’ajout au patrimoine mondial d’une partie de la Neustadt (à la Grande Île déjà classée) est en tout cas l’occasion de (re)découvrir quelques histoires méconnues du quartier impérial.

>> A lire aussi : La Neustadt officiellement candidate au patrimoine mondial de l'Unesco

Depuis 2010, le service de l’inventaire du patrimoine de la région Grand Est est justement en charge du recensement de l’ensemble du dense patrimoine de cette extension de la ville aménagée sous l’Empire allemand entre 1880 et 1918. De ce long travail, il livre quelques détails et récits pour les lecteurs de 20 Minutes

Un commanditaire un brin narcissique. Vous passez probablement devant cet immeuble sans y faire attention. Pourtant, à l’angle de l’avenue de la Liberté et la rue du Général-Gouraud, la bâtisse a beaucoup fait parler à sa construction au début des années 1880. Et s’il est un détail qui mérite aujourd’hui d’y jeter un œil, ce sont ses garde-corps, situés sur chacun des balcons.

Sur cette bâtisse à l'angle de l'avenue de la Liberté et la rue du Général Couraud figurent encore les initiales du notaire à l'origine de sa construction.
Sur cette bâtisse à l'angle de l'avenue de la Liberté et la rue du Général Couraud figurent encore les initiales du notaire à l'origine de sa construction. - B. Poussard / 20 Minutes.

Parce que ces derniers révèlent en fait les initiales du commanditaire, un certain Holtz Apfel, riche notaire strasbourgeois, peut-être un brin narcissique. Un édifice très luxueux de l’époque, avec un grand jardin, une aile pour les domestiques, ou encore des annexes comme des écuries… Décédé en 1885 à 51 ans, Holtz Apfel l’aura peu connu.

Les pionniers de la Neustadt. Au début de l’avenue de la Forêt-Noire, l’édifice ne paye pas de mine. Daté, pourtant, de 1881, un an après le choix des plans de la ville de Jean-Geoffroy Conrath, il est l’un des premiers bâtiments de la Neustadt, où se trouvaient jusque-là surtout de petits ateliers. Aujourd’hui transformé en officine au rez-de-chaussée, il a été réalisé à but locatif.

Au tout début de l'avenue de la Forêt Noire, le bâtiment est un des premiers édifiés à la création de la Neustadt.
Au tout début de l'avenue de la Forêt Noire, le bâtiment est un des premiers édifiés à la création de la Neustadt. - B. Poussard / 20 Minutes.

Profitant à l’époque d’un vaste choix, en pleine épine dorsale de la Neustadt, le commanditaire Jean Treser a investi dans la pierre à une situation géographique intéressante, à l’angle de la rue Schweighaeuser. Comme lui, beaucoup ont fait construire sans jamais habiter dans la Neustadt, à la fin du XIXe siècle.

La clé cachée dans l’entrée. Le numéro 12 de  la rue Auguste-Lamey semble simplement avoir à offrir une sombre grille noire. Mais c’est juste derrière qu’il faut pousser la curiosité. En hauteur se trouve en effet encore une grande clé, aisément visible.

Cette clé, derrière une grille rue Lemay, date de l'époque où elle marquait l'entrée d'une serrurerie.
Cette clé, derrière une grille rue Lemay, date de l'époque où elle marquait l'entrée d'une serrurerie. - B. Poussard / 20 Minutes.

Située à l’époque à l’entrée d’une double boutique, l’enseigne date d’une serrurerie installée dans les années 1880-90 au cœur de ce quartier pourtant d’abord d’habitation près des Contades. Un rare vestige conservé d’un signe d’un commerce de la Neustadt.

>> A lire aussi : Cinq façons de redécouvrir le quartier de la Neustadt

Le père et le fils, horticulteurs sur l’île Sainte-Hélène. L’ île Sainte-Hélène, ça vous parle ? Mais si, vous savez, cet îlot entre l’Ill et l’Aar qui part derrière l’église Saint-Paul jusqu’au Parlement européen. Eh bien, historiquement composé de champs et de petites fabriques, il s’est aussi transformé (doucement). Sans perdre sa verdure à la création de la Neustadt, il a vu quelques maisons bourgeoises apparaître.

Parmi elles, l’horticulteur Nicolas Bruder n’a par exemple pas voulu bouger de cette partie enclavée et un peu moins chic de la Neustadt. Il a ainsi fait construire un édifice modeste pour conserver son activité strasbourgeoise. Après la reprise de son activité, son fils a d’ailleurs utilisé le terrain d’à côté pour faire de même. Jolie filiation.

Au niveau de l'île Sainte-Helène restent quelques vestiges datant d'avant la Neustadt.
Au niveau de l'île Sainte-Helène restent quelques vestiges datant d'avant la Neustadt. - B. Poussard / 20 Minutes.

Ces bâtiments qui ont longtemps bloqué la création d’une route. A partir de 1870, l’armée allemande a d’abord racheté à l’armée française les vieux bâtiments avant d’ériger ce grand ensemble qu’est la Neustadt. Il en a fait de même avec les propriétaires privés. Sauf que certains n’ont pas accepté. Jusqu’à empêcher la construction d’un gros axe de circulation, ainsi qu’en atteste ce plan de 1913.

La Tauler Ring, imaginée dès 1880, mais finalisée en 1930 à cause de ces trois habitations.
La Tauler Ring, imaginée dès 1880, mais finalisée en 1930 à cause de ces trois habitations. - B. Poussard / 20 Minutes.

Pourtant, dès 1880, les plans de l’architecte Conrath prouvaient la volonté de créer ce Tauler Ring, aujourd’hui renommé boulevard de la Dordogne. Mais c’est bien plus tard en 1930 seulement, que la ville de Strasbourg a pu expulser les habitants et racheter ces trois logements pour enfin terminer la construction de cette route.

Calendrier. Ainsi qu’annoncé par le ministère de la Culture et de la Communication en janvier dernier, la candidature de la Neustadt de Strasbourg sera examinée en juillet 2017 par le Comité du patrimoine mondial de l’Unesco, après la visite de la délégation en Alsace au cours de ce mois d’octobre 2016.