Football : Surnommé «le dernier de la classe», Ihsan Sacko joue les premiers rôles à Strasbourg

SPORT Débarqué discrètement chez les U19 début 2015, Ihsan Sacko s’est fait une place en vannant mais sans rater son bac au milieu des pros du Racing, avec qui il pourrait encore débuter contre Auxerre…

Bruno Poussard

— 

Regard déterminé comme sur le terrain, mais toujours une connerie à sortir, voilà Ihsan Sacko.
Regard déterminé comme sur le terrain, mais toujours une connerie à sortir, voilà Ihsan Sacko. — B. Poussard / 20 Minutes.

Soyez sympa, n’appelez pas Ihsan Sacko « le cerveau ». Cela pourrait lui valoir quelques vannes. « Ah Ihsan, c’est le dernier de classe ! » prouve en se marrant Yoann Salmier. Pas du genre à se laisser faire, l’intéressé répond : « Ils croyaient que je n’allais pas avoir mes examens, mais je les ai eus ! » Il chambre, mais le Racingman de 19 ans est sérieux.

En attendant d’attaquer en parallèle sa deuxième année de gestion et management d’entreprise, Ihsan Sacko pourrait bien démarrer un cinquième match de Ligue 2 contre Auxerre ce vendredi (20h). Deux buts en deux matchs, le natif d’Alfortville (Val-de-Marne) paraît plutôt en jambes. Preuve qu’il se sent bien dans un groupe découvert voilà peu de temps.

>> A lire aussi : Les supporters strasbourgeois gagas de Denis Bouanga et Ihsan Sacko

Pour trouver enfin de l'efficacité devant les buts, séance de répétitions pour les joueurs offensifs.
Pour trouver enfin de l'efficacité devant les buts, séance de répétitions pour les joueurs offensifs. - B. Poussard / 20 Minutes.

« Sa coupe de cheveux des fois, c’est n’importe quoi ! »

En chambre avec lui en déplacement, Yoann Salmier – qu’il qualifie lui de « grand front » – embraye : « C’est un petit qui a rapidement pris de l’assurance et qui a la joie de vivre. On se marre, on écoute pas mal de musique, du rap US, de l’afrobeat… » De bons goûts partagés. « Par contre, sa coupe de cheveux des fois, c’est n’importe quoi ! »

Dans le groupe, sa bonne humeur se transmet. Même lorsqu’il doit enquiller des pompes pour trop de ratés à l’entraînement. « Il a une épaule qui est un peu fragile, donc ça ne va pas lui faire de mal », rigole son entraîneur Thierry Laurey. Malgré la période plus compliquée du Racing, le blagueur Ihsan Sacko se sent bien. Il a la confiance des siens.

« J’étais un peu dans le trou »

Sa découverte de Ligue 2, six mois après celle du National, n’a pas suffi à l’effrayer. Pourtant, cette trajectoire actuelle tient à (presque) rien. « Il y a un an et quelques mois, j’étais un peu dans le trou », résume-t-il. Pas conservé à Valenciennes après trois ans au centre de formation, Ihsan Sacko a vu le RCSA se présenter comme sa seule chance et après une série de tests fatidiques.

Entre Ihsan Sacko et Baptiste Guillaume, le premier qui fera tomber la balle fera des pompes.
Entre Ihsan Sacko et Baptiste Guillaume, le premier qui fera tomber la balle fera des pompes. - B. Poussard / 20 Minutes.

« C’était en pleine période du bac, et je n’ai pu venir qu’une petite journée, se souvient-il. Heureusement, j’ai réussi à donner le meilleur et ils m’ont proposé direct de venir. » Presque avec nostalgie, l’atout offensif y repense parfois. Comme ce jour de décembre 2015 où Jacky Duguépéroux l’a appelé pour intégrer les pros : « Dire que mon objectif, c’était juste de monter en CFA au bout de six mois… »

« Des jeunes à manier avec le gant de velours et la batte de baseball »

Sa folle ascension l’amène désormais à la pointe du losange du Racing de Thierry Laurey au milieu. Là où Ihsan Sacko se sent le mieux : « En soutien de l’attaquant ou en électron libre, j’aime bien me mettre dans le dos des défenseurs et provoquer, dribbler, jouer les duels. » Ses accélérations et sa vitesse d’exécution aidant…

>> A lire aussi : Football: Qui es-tu Thierry Laurey, nouvel entraîneur de Strasbourg?

Bien dans le système, le jeune qui a signé pour trois ans et demi en janvier est aussi bien entouré. Pas loin de parler de troisième fils et de crème, son formateur d’entraîneur s’amuse : « Ce sont des spécimens que je connais bien, avec qui il faut manier le gant de velours et la batte de baseball, les rassurer à des moments et leur taper un peu dessus à d’autres. »

Ihsan Sacko préfère jouer au poste de numéro 10, mais il est polyvalent.
Ihsan Sacko préfère jouer au poste de numéro 10, mais il est polyvalent. - B. Poussard / 20 Minutes.

Un entraîneur et des coéquipiers proches de lui

« Le coach me dit quel genre de courses faire par exemple, mais les joueurs, comme Khalid [Boutaïb], me parlent aussi, m’aident à me placer, à partir dans le bon timing… », détaille Ihsan Sacko. L’ancien Valenciennois découvre un niveau plus rapide, plus tactique. Des repères sur lesquels il bosse et apprend beaucoup.

Ses déplacements, notamment. « On voit qu’aujourd’hui, il prend pas mal de coups, il doit s’habituer à les éviter, à ne pas être trop près du défenseur, décrypte Thierry Laurey, confiant pour la suite de sa carrière. C’est un gars intelligent, il a la capacité d’imprimer ce qu’on lui dit et rester tranquille. Il a un potentiel intéressant pour l’avenir mais ce n’est pas Messi non plus, il faut lui laisser un peu de temps. »