Dans une école alsacienne, la Twictée aide les élèves à apprendre à lire et écrire

NUMERIQUE Dans le nord de l’Alsace, la classe de CP de Voellerdingen apprend à lire et à écrire tout en s’exerçant aux réseaux sociaux dans une correspondance avec d’autres écoliers. C’est l’idée de la Twictée…

Bruno Poussard
— 
Une séance de Twictée, dictée connectée et collaborative via Twitter, s'organise dans une classe de Voellerdingen, dans le nord de l'Alsace.
Une séance de Twictée, dictée connectée et collaborative via Twitter, s'organise dans une classe de Voellerdingen, dans le nord de l'Alsace. — Bruno Poussard / 20 Minutes

Derrière les murs roses de l’école de Voellerdingen, la maîtresse prépare ses outils. Rétroprojecteur, ordi et tablette sont chargés, la dictée peut commencer. Enfin, la Twictée, plutôt. Parce que ces écoliers de CP du nord de l’Alsace apprennent notamment à écrire à travers cette nouvelle forme d’exercice numérique, via le réseau social Twitter.

Des erreurs à trouver, des balises à placer et des corrections à filmer

De l’autre côté de l’écran, une classe de Dabisse, dans les Alpes-de-Haute-Provence, lui envoie d’abord ses travaux d’écriture d’une phrase dictée. Par groupe de trois, les jeunes Alsaciens doivent maintenant décrypter les erreurs dans « c’est la moto depapa » ou « Cest la moto de papa », à l’aide de balises. « Non, pas des valises comme lorsqu’on part en vacances », reprend en souriant l’enseignante Karine Stutzmann.

En guise de deuxième étape de la Twictée, les élèves doivent corriger les erreurs des phrases envoyées via Twitter à travers des twoutils imagés.
En guise de deuxième étape de la Twictée, les élèves doivent corriger les erreurs des phrases envoyées via Twitter à travers des twoutils imagés. - Bruno Poussard / 20 Minutes

Stylo vert dans les mains, Magalie, par exemple, ne manque de remarquer l'apostrophe manquante, alors que Romain souligne la majuscule à ajouter. A l’aide de twoutils en images, la correction se précise dans l’échange. Puis vient l’heure d’envoyer le bilan aux petits Provençaux. Une tablette dans les mains pour filmer cette leçon d’élèves à élèves et l’exercice est joué. Avant d’inverser les rôles, quelques jours plus tard.

Ecriture et lecture en collaboration pour un riche apprentissage

Pour les CP, l'utilisation de la vidéo permet de verbaliser les erreurs réalisées par la première classe, pour mieux leur envoyer.
Pour les CP, l'utilisation de la vidéo permet de verbaliser les erreurs réalisées par la première classe, pour mieux leur envoyer. - Bruno Poussard / 20 Minutes

Partagée en deux étapes, d’abord tout seul puis par petits groupes, la phase initiale de dictée classique intègre aussi la collaboration. Valorisant aux yeux de Karine Stutzmann : « C’est un apprentissage plus riche, ils verbalisent explicitement entre eux ce qui est implicite - ces automatismes qu’on a, nous, intégrés - tout en dédramatisant les erreurs. »

L’institutrice de cette classe de CP - CE1 s’est inscrite à l’expérimentation en 2013, un an après son initiation par Fabien Hobart et Régis Forgione (enseignant, lui, en Moselle). «  La Twictée était alors plutôt utilisée pour les plus grands, mais j’ai souhaité l’adapter pour apprendre à lire et écrire en même temps. » D’où la vidéo et les images…

Correspondre avec d’autres cultures et découvrir les réseaux sociaux encadré

Vite convaincue, l'enseignante Karine Stutzmann utilise la Twictée depuis trois ans, avec ses CP et ses CE1.
Vite convaincue, l'enseignante Karine Stutzmann utilise la Twictée depuis trois ans, avec ses CP et ses CE1. - Bruno Poussard / 20 Minutes

Au-delà de cette notion orthographique, l’intérêt du projet est vaste, entre travail en groupe et correspondance parfois lointaine. « L’an dernier, les élèves ont pu demander à une classe de Québec ce qu’ils mangeaient ou à une classe du désert comment étaient leurs maisons, illustre la maîtresse. Ça nous a permis de travailler la géographie et la culture. »

Adaptable du CP jusqu’au collège, l’exercice offre aussi l’occasion d’intégrer les jeunes écoliers aux réseaux sociaux. « L’idée, c’est d’apprendre à utiliser Twitter à des fins raisonnées et raisonnables et pour cela, je le décris comme un outil de présentation de ce qu’on fait en classe », justifie Karine Stuzmann, qui a établi avec eux une charte d’utilisation.

« Des codes que l’on n’a pas l’habitude de voir à l’école »

La Charte d'utilisation de Twitter établie par l'enseignante Karine Stuzmann et ses CP - CE1 de Voellerdingen.
La Charte d'utilisation de Twitter établie par l'enseignante Karine Stuzmann et ses CP - CE1 de Voellerdingen. - B. Poussard / 20 Minutes.

« Quand on travaille sur des projets d’usage responsable d’Internet, l’objectif, c’est de donner du sens, rebondit Pascal Schaffhauser, chargé de mission au numérique pour le premier degré auprès du rectorat. La Twictée utilise des outils connus, mais des codes qu’on n’a pas l’habitude de voir à l’école, c’est en cela qu’elle innove. »

Présentée, encouragée et accompagnée par l’académie de Strasbourg (comme d’autres nouveautés) dans le cadre de son plan numérique, la démarche continue d’évoluer. En plus de fournir des outils et de mettre en relation des enseignants, le portail national Twictée facilite les retours d’expérience. La classe alsacienne de CP de Voellerdingen ne demande qu’à être suivie.