Fessenheim: Greenpeace porte plainte contre EDF et Areva pour une anomalie

NUCLEAIRE Accompagnée d’autres associations, l’ONG a annoncé déposer plainte contre EDF et Areva après la détection d’une anomalie dans le deuxième réacteur de la centrale de Fessenheim…

B.P. avec AFP
— 
Le réacteur numéro 2 de la centrale de Fessenheim est en cause. Archives
Le réacteur numéro 2 de la centrale de Fessenheim est en cause. Archives — G. VARELA / 20 MINUTES

L’ONG Greenpeace , avant de se tourner vers la justice. Aux côtés d’autres associations, notamment locales, l’organisation a déclaré   contre   , après la détection d’une anomalie dans un générateur de vapeur du réacteur numéro 2  .

Une anomalie à l’origine de l’arrêt du réacteur, en juin 2016

Cette plainte intervient après le vaste audit réalisé en 2015, et la reconnaissance, par Areva, d’anomalies dans le suivi des processus de fabrication d’équipements , notamment. Sur 400 dossiers analysés, la virole basse de ce générateur de vapeur    figurait aussi parmi les 87 irrégularités.

« Le travail d’enquête mené par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) dans l’affaire des anomalies a en effet permis de révéler qu’EDF et Areva avaient connaissance d’une grave irrégularité sur le réacteur 2 de Fessenheim », ajoute Greenpeace qui demande l’ouverture d’ sur « quatre délits majeurs, dont usage de faux et mise en danger délibérée de la vie d’autrui ».

Une irrégularité dissimulée au moins un an, selon Greenpeace

« Les associations accusent également EDF d’avoir tardé à déclarer cette anomalie à l’ASN risquant d’avoir des conséquences notables sur la sûreté de l’installation », relance , en affirmant que l’irrégularité a été dissimulée « pendant un mois entre mai et juin 2016 », date à laquelle  .

Aux côtés de Greenpeace figurent  Réseau Sortir du nucléaire, Stop Transports-Halte au nucléaire, Stop Fessenheim, Alsace Nature, France Nature Environnement et le Comité pour la sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin (CSFR). Pas prévu  , le redémarrage du réacteur n’est pas encore à l’ordre du jour…