Alsace: Nouvelle audience en appel autour de la maladie de Lyme

JUSTICE Nouvelle audience en appel pour la gérante d’un laboratoire et un pharmacien condamnés en novembre 2014 à Strasbourg…

Gilles Varela

— 

Illustration: La balance de la justice.
Illustration: La balance de la justice. — SUPERSTOCK/SUPERSTOCK/SIPA

La maladie de Lyme s’offre une troisième audience avec le procès en appel à Colmar de Viviane Schaller, docteur en pharmacie et ancienne gérante d’un laboratoire d’analyses biologiques strasbourgeois et de Bernard Christophe, diplômé en pharmacie (non inscrit à l’ordre des pharmaciens).

>> A lire aussi : Des personnes atteintes de la maladie de Lyme vont porter plainte contre l'Etat

Tous deux ont été condamnés en novembre 2014 à neuf mois de prison avec sursis pour « escroquerie » et « exercice illégal de la pharmacie », ainsi qu’à verser d’importantes indemnités pour avoir notamment développé un protocole de dépistage de la maladie non homologué par les autorités sanitaires. Un dépistage qui lui a ainsi permis d’annoncer de nombreux cas de maladie de Lyme, une affection potentiellement invalidante transmise par les tiques, alors que les tests « officiels » utilisés en France affirmaient le contraire.

Des « lanceurs d’alerte » ?

Pour ce troisième procès, la perception autour de la maladie de Lyme a bien changé. « En 2012, les choses n’étaient pas claires et en 2014, nous n’avions pas encore assez d’éléments et d’appuis scientifiques, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui », assure Viviane Schaller, présentée souvent comme un « lanceur d’alerte ».

>> A lire aussi : L'Etat se penche sur l'efficacité des tests de dépistage de la maladie de Lyme

Il faut dire qu’avec la prolifération des tiques et les critiques de nombreuses associations reprochant la prise en charge insuffisante de cette pathologie infectieuse, évoquant de nombreux malades « non diagnostiqués » ou « mal soignés », les idées ont évolué sur la maladie, entraînant une prise de conscience générale. En témoigne le plan national de lutte contre la maladie de Lyme présenté il y a tout juste une semaine par le gouvernement afin « d’améliorer » le diagnostic et sa prise en charge. Autant d’éléments qui pourraient, lors du procès, plaider en leur faveur.