Nancy: L'hôpital aussi visé par l'instruction ouverte après la mort du lycéen agressé à la sortie d'une discothèque

JUSTICE Après la mort du lycéen agressé à la sortie d’une boîte de nuit mi-septembre à Nancy, la justice a ouvert une instruction visant son agresseur mais aussi sa prise en charge à l’hôpital…

B.P.

— 

L'adolescent s'est vu diagnostiquer une fracture du nez avant de sortir des urgences, la nuit des faits. Illustration
L'adolescent s'est vu diagnostiquer une fracture du nez avant de sortir des urgences, la nuit des faits. Illustration — Elisa Frisullo / 20 Minutes

L’enquête a rapidement avancé. A la suite de la mort du lycéen agressé mi-septembre à la sortie d’une discothèque à Nancy, l’auteur présumé du coup de poing, figurant parmi les trois individus interpellés, a été mis en examen et écroué après avoir reconnu les faits la semaine passée, ainsi que le rapporte L’Est Républicain, ce mercredi.

>> A lire aussi : Nancy : Les agresseurs présumés du lycéen décédé à la sortie d’une discothèque interpellés

En ouvrant une information judiciaire, le parquet de Nancy a ainsi ciblé les « violences volontaires » du prévenu dans ses premières réquisitions. Mais il a également visé un « homicide involontaire contre X », à propos, logiquement, du passage de l’adolescent de 17 ans à l’hôpital, peu après sa blessure, dans la nuit du 15 au 16 septembre.

Perte de connaissance après sa sortie des urgences

Conduit aux urgences du CHU de Nancy, le lycéen s'était vu diagnostiquer une fracture du nez au cours de la nuit. Ressorti dans la matinée et rentré chez ses parents, il a ensuite été trouvé inconscient dans l’après-midi, dans sa chambre. Hospitalisé d’abord à Remiremont, puis à Nancy, où il est arrivé dans le coma, il est décédé trois jours après.

>> A lire aussi : Lorraine: Un jeune dans le coma après une nouvelle agression à la sortie d'une discothèque

Une autopsie a depuis été réalisée à Strasbourg,  précise le quotidien. La justice attend désormais ses résultats, pour connaître la nature exacte du décès, et juger des examens réalisés, ou non, aux urgences de l'hôpital le soir des faits.