Lorraine: En organisant une surveillance nocturne, les riverains attrapent le vandale de leur rue

FAITS DIVERS Après des mois de dégradations de leurs voitures garées dans la rue, les habitants de cette impasse de Rédange ont mis la main sur le vandale en veillant plusieurs nuits...

B.P.

— 

Les habitants ont monté la garde à différents endroits de l'impasse.
Les habitants ont monté la garde à différents endroits de l'impasse. — Capture d'écran / Google Street View.

Depuis six mois, les habitants de la rue de l’hôpital, à Rédange, commune de Moselle située à la frontière luxembourgeoise, voyaient leurs voitures une à une dégradées. Une rayure par ci, un rétroviseur en moins ou un pneu crevé par là, raconte ainsi le Républicain Lorrain… Et un mystère resté jusque-là entier.

>> A lire aussi : VIDEO. Des vandales détruisent un célèbre rocher, Internet s’en émeut

Si bien qu’après plusieurs dépôts de plainte, les riverains ont décidé de prendre eux-mêmes les choses en main ces jours-ci. « Ces deux dernières semaines, ça s’est amplifié, décrit ainsi un des habitants dans les colonnes du quotidien régional. Chaque matin, on découvrait une voiture vandalisée. »

Des gardes de nuit organisées depuis lundi, récompensées vendredi

Depuis lundi, ils ont donc mis en place une surveillance, en se plaçant en observation à plusieurs endroits de l’impasse, chaque nuit. C’est finalement entre jeudi et vendredi, peu après 5h30, que l’organisation a payé. Muni d’un tournevis, l’homme a été pris en flagrant délit, puis interpellé par les gendarmes voisins, appelés dans la foulée.

Cette rue de la commune de Rédange est située tout près de la frontière luxembourgeoise.
Cette rue de la commune de Rédange est située tout près de la frontière luxembourgeoise. - Capture d'écran / Google Street View.

« A 5h39 exactement, nous avons vu un homme qui, en promenant son chien, s’est avancé vers une Peugeot garée le long du trottoir et l’a rayée, termine enfin ce même riverain. Nous sommes sortis et l’avons immobilisé sans violence. On a le sentiment d’avoir fait une bonne action. » Âgé d’une cinquantaine d’années, l’individu est un habitant du quartier.