Grand Est: Les parents de Luca, tué en 2015, assignent l'État

JUSTICE Luca, 7 ans, avait été poignardé à mort en pleine rue le 15 octobre 2015...

Olivier Aballain

— 

Marche en hommage à Luca, le 18 octobre 2015 à Jœuf (54)
Marche en hommage à Luca, le 18 octobre 2015 à Jœuf (54) — FRED MARVAUX / AFP

Luca, 7 ans, avait été poignardé en pleine rue le 15 octobre 2015 à Jœuf (Meurthe-et-Moselle)« avec un couteau de boucher », selon un témoin. Les parents du jeune garçon, mort à l’hôpital quatre jours plus tard, viennent d’assigner l’État en justice. Ils estiment que le meurtrier présumé aurait dû faire l’objet d’un suivi, après une condamnation pour violences, en 2013.

>> A lire aussi : En Lorraine, les habitants de Joeuf rendent hommage au petit Luca

Dès le 15 octobre, un individu âgé de 30 ans s’était livré à la police, en reconnaissant avoir poignardé l’enfant. Près d’un an plus tard, un collège d’experts débat encore, d’après l’avocat des parents, Me Xavier Lochum, pour savoir si le discernement de l’agresseur présumé était altéré ou aboli, ce qui lui éviterait la cour d’assises.

Un précédent en février, à Lille 

Mais les parents de Luca remontent deux ans en arrière, à la condamnation en 2013 de l’individu à 4 mois de prison avec sursis à Carpentras, dans une affaire de violences. Confirmant une information du Républicain Lorrain, Me Xavier Lochum indique que ses clients demandent à l’État de « reconnaître qu’il y a eu faute », dans le fait de ne pas avoir mis en place, à l’époque, un suivi de l’agresseur.

Le meurtrier présumé de Luca, mis en examen et écroué à Nancy au lendemain de l’attaque, risque, s’il comparaît aux assises, la réclusion criminelle à perpétuité.

En février 2016, le tribunal administratif de Lille avait reconnu la « responsabilité sans faute » de l’État dans le meurtre d’une joggeuse, Natacha Mougel, par un homme placé en liberté conditionnelle.