Nancy: Un projet de lutte contre la radicalisation mis en place par des associations

SOCIETE Sans qu'il soit question de centre de déradicalisation, un projet de structure de prévention est en projet à Nancy afin d'émettre, d'abord, un diagnostic dans une région touchée...

B.P.

— 

Les structures de lutte contre la radicalisation sont au cœur du débat depuis plusieurs mois. A Nancy, ce sont des associations qui y réfléchissent. Illustration
Les structures de lutte contre la radicalisation sont au cœur du débat depuis plusieurs mois. A Nancy, ce sont des associations qui y réfléchissent. Illustration — F.brenon/20Minutes

Le sujet est délicat. Pourtant, les questions autour de la radicalisation et les moyens d’y remédier sont nombreuses. Alors que le premier centre de déradicalisation doit ouvrir sous peu en Indre-et-Loire, un projet de structure de lutte contre la radicalisation a récemment vu le jour à Nancy, ainsi que l’a révélé France Bleu Sud Lorraine.

>> A lire aussi : Le premier centre de déradicalisation, pas encore choisi et déjà au cœur d’une polémique

Issue du monde associatif et non de l’Etat, l’initiative ne prendrait pas la forme d’un centre de déradicalisation, et ne figure donc pas parmi les treize annoncés par le gouvernement. Le projet vise d’abord à lancer la réflexion. Des discussions ont d’ailleurs déjà été entamées, ainsi que l’a confié un élu local, de la mairie, voisine, de Vandoeuvre.

Pour encourager la mobilisation des pouvoirs publics

« Une assemblée constitutive a eu lieu début septembre, a notamment décrit Rachid Sekkour sur France Bleu. Il va y avoir une mobilisation, grâce à cette association, des pouvoirs publics : collectivités, le tissu associatif, la protection judiciaire de la jeunesse. Les acteurs économiques seront aussi autour de la table ».

Alors que la préfecture a refusé d’évoquer le sujet auprès de nos confrères, les acteurs à l’origine de cette réflexion à portée régionale visent d’abord un diagnostic. Pour « avoir une expertise fine et prendre la mesure du phénomène », a insisté l’adjoint de Vandoeuvre. Parce que la Lorraine et la région de Nancy sont particulièrement touchées.

>> A lire aussi : Centre de prévention du djihad: Les riverains de Beaumont-en-Véron déjà «radicalement contre»