Luxembourg : Des chauve-souris ralentissent l’installation d’un centre d’accueil pour réfugiés

Insolite Devant la présence d'une espèce protégée de chauve-souris, une étude environnementale doit être effectuée avant l'installation d'un village d'accueil pour réfugiés au Luxembourg...

B.P.

— 

La présence d'une espèce protégée de chauve-souris a entraîné une association à poser un recours contre l'installation d'un village d'accueil pour réfugiés.
La présence d'une espèce protégée de chauve-souris a entraîné une association à poser un recours contre l'installation d'un village d'accueil pour réfugiés. — Rob Griffith/AP/SIPA

A Steinfort, au Luxembourg, l’accueil de réfugiés attendra encore. Après le recours d’une association locale déposé fin 2015 devant, notamment, la présence de chauve-souris, le Tribunal administratif local a demandé en début de semaine une étude environnementale avant que le village d’accueil de 300 réfugiés annoncé l’été dernier ne soit installé.

« La seule présence d’un risque d’une atteinte significative à l’environnement rend obligatoire l’élaboration d’une telle évaluation », justifie le Tribunal auprès du quotidien L’essentiel qui clarifie la situation. Le recours de l’association ASBL Biergeinitiativ évoquait aussi la possibilité d’une pollution par le sol.

>> A lire aussi : Eurovision: Grâce à une pétition, le Luxembourg pourrait participer à nouveau

Le jugement du Tribunal à l'encontre de la décision du ministère

Depuis l’annonce de la mise en place prochaine de trois villages réalisés à partir de conteneurs sur différents sites du Grand-duché pendant l’été 2015, celui de Steinfort (aux 300 places prévues) reste donc toujours en attente.

« Nous entendons la décision, nous la respectons et allons l’analyser profondément », a réagit devant le quotidien luxembourgeois l’entourage du ministre du Développement durable et des infrastructures qui estimait, pour sa part, ne pas nécessiter d’étude environnementale poussée.

De vifs débats au sein du village de Steinfort

Dans la commune de Steinfort aux 5.000 habitants, l’installation de réfugiés fait débat depuis plusieurs mois. « Tendre la main aux réfugiés oui, mais pas dans n’importe quelles conditions », avait ainsi déclaré le maire voilà un an, rappelle L’Essentiel.

D’après leurs confrères de Paperjam, les membres de l’association à l’origine du recours seraient en fait des opposants au projet, voisins du futur site d’installation du village d’accueil.