La rumeur met le feu à la maison d'arrêt

P. W. (avec AFP) - ©2007 20 minutes

— 

Inquiets pour la santé d'un des leurs, près de soixante-dix détenus de la maison d'arrêt de Mulhouse (Haut-Rhin) ont refusé de regagner leurs cellules après la promenade, samedi vers 17 h 30. Ils réclamaient des nouvelles d'un de leurs codétenus hospitalisé depuis le 27 novembre. Placé en isolement, l'homme de 19 ans, atteint de diabète, se serait injecté une dose trop forte d'insuline. Depuis quelques heures, la rumeur courait qu'il était décédé. Une information démentie samedi par les autorités judiciaires. Selon sa famille, qui n'aurait été avertie de son état que cinq jours après les faits, il se trouverait actuellement dans le coma.

Réunis dans la cour du gymnase de la prison, les détenus ont mis le feu à des vêtements et à des matériaux entassés sur place. « Cela a provoqué un dégagement de fumée, mais il y a eu peu de dégradations et aucun risque pour les prisonniers et le personnel », a indiqué une source policière. Ils ont ensuite été délogés peu avant 20 h par l'équipe régionale d'intervention et de sécurité de l'administration pénitentiaire et par une demi-compagnie de CRS. Un peu plus tard dans la soirée, le sous-préfet du Haut-Rhin, Philippe Derumigny, confirmait que « l'ensemble des détenus [avait] réintégré les cellules dans le calme ».