Strasbourg : Attention, le service de contrôle des locations Airbnb arrive très vite

LOGEMENT Alors que les hôteliers dénoncent la concurrence déloyale de l’économie collaborative non réglementée, deux agents de l’Eurométropole de Strasbourg vont très vite lancer des contrôles pour la régulation des locations Airbnb…

Bruno Poussard

— 

Les logements loués sont très nombreux à Strasbourg. La plateforme communautaire Airbnb en a profité, puisque près de 3 500 annonces sont désormais recensées.
Les logements loués sont très nombreux à Strasbourg. La plateforme communautaire Airbnb en a profité, puisque près de 3 500 annonces sont désormais recensées. — G. Varela / 20 Minutes.

« L’ubérisation de l’économie ne nous épargne pas. » Discuter avec les hôteliers du Bas-Rhin de la croissance d’Airbnb, c’est forcément entendre quelques critiques, tant la concurrence est nouvelle. De fait, le nombre de logements mis en location sur les plateformes communautaires à Strasbourg est passé de 250 en 2014 à 3.500 aujourd’hui.

>> A lire aussi : Strasbourg veut réguler la location d'appartements Airbnb

Une « cohérence » dans la réglementation voulue par les hôteliers

Cet été, l’Office du tourisme s’est retrouvé à guider de plus en plus de touristes vers l’adresse de leur location meublée. Pour autant, n’allez pas croire que les hôteliers ne veulent plus en entendre parler. Au contraire. « Si on veut développer le tourisme, on a même besoin de ce genre d’hébergement qui profite aussi à d’autres », valide Pierre Siegel.

Et le président du Syndicat des hôteliers, restaurateurs et débiteurs de boissons de Strasbourg et environs de prolonger : « L’hôtellerie ne peut d’ailleurs pas répondre à tous les besoins. » Ce que lui et ses confrères réclament, c’est avant tout une « cohérence dans la réglementation » des différentes formes d’hébergement en Alsace.

Les mesures suivies de contrôles par deux agents dès les jours à venir

« On ne veut pas s’attaquer au côté collaboratif, c’est la question des dérives capitalistiques qui importe », termine Pierre Siegel. En accord, les autorités strasbourgeoises travaillent à la régulation de ces meublés touristiques depuis de longs mois. Les premières mesures annoncées vont désormais être suivies de contrôles. Dès les semaines à venir.

>> A lire aussi : Strasbourg: Attention, la location des meublés touristiques, type Airbnb, va être plus fortement contrôlée

« On veut que ces mesures soient appliquées pour cette rentrée, confie le vice-président en charge de cette question, Syamak Agha Babaei, alors qu’un guichet est déjà à la disposition des propriétaires en manque d’informations. On devait voir avec l’Etat vis-à-vis des textes à respecter pour mettre en place ce contrôle, mais cette étape est en train d’être franchie, donc on va vite détacher des agents assermentés de l’Eurométropole. »

Mais des sanctions encore jugées « pas assez dissuasives »

Déjà impliquées sur ces questions au sein de la métropole, deux personnes devraient donc travailler à l’application des mesures sous peu. D’ores et déjà, des recherches ont été menées sur le parc locatif communautaire pour chasser les propriétaires qui louent sur de courtes durées toute l’année sans le déclarer. Des informations sont aussi remontées jusqu’aux oreilles de l’Eurométropole.

Illustration de l'application Airbnb sur smartphone.
Illustration de l'application Airbnb sur smartphone. - ISOPIX/SIPA

Les sanctions, elles, sont prévues par la loi. « Mais elles ne sont pas assez dissuasives, tranche Syamak Agha Babaei. Cela peut paraître beaucoup 25.000 euros, mais ce n’est pas grand-chose dans certains cas. Des parlementaires travaillent pour qu’elles soient décuplées. » En attendant, les premières amendes pourraient bien tomber avant le début du marché de Noël.

Une taxe collectée directement par Airbnb depuis août

>> A lire aussi : Airbnb va collecter la taxe de séjour à Strasbourg

Dans le cadre de cette régulation voulue à Strasbourg, Airbnb collecte déjà la taxe de séjour (de 0,55 euros par nuit et par personne) depuis le 1er août dernier. Les autres mesures, elles, n’ont pour l’heure pas de vocation contraignante. Ce sera ainsi désormais le cas.

Lors de notre rencontre à Paris il y a quelques semaines, le Directeur d'AirBnB France avait pris l'engagement de...

Publié par Alain Fontanel sur mardi 14 juin 2016

S’il est loué plus de 120 jours par an (signe d’une activité de fait devenue commerciale), le logement devra notamment demander l’autorisation de changer d’usage (donnée pour neuf ans et deux logements maximum), alors qu’un propriétaire devra également compenser s’il a plus de deux logements meublés touristiques loués ainsi. Une fois l’application définitive, l’heure du bilan sera, elle, tirée dans quelques mois.