Déraillement d'un TGV en Alsace: Un rapport dénonce une organisation défaillante des essais

ENQUETE Le 14 novembre 2015, l’accident d’une rame d'essai d'un TGV à Eckwersheim (Bas-Rhin) a causé la mort de onze personnes...

Alexia Ighirri
— 
Eckwersheim, le 15 novembre 2015. - La motrice du TGV est sortie du canal Rhin-Rhône par des grues après son déraillement le 14 novembre 2015 lors de tests sur la LGV Est. Un rapport dénonce une organisation défaillante des essais par une filiale de la SNCF.
Eckwersheim, le 15 novembre 2015. - La motrice du TGV est sortie du canal Rhin-Rhône par des grues après son déraillement le 14 novembre 2015 lors de tests sur la LGV Est. Un rapport dénonce une organisation défaillante des essais par une filiale de la SNCF. — G. Varela / 20 Minutes

Près de dix mois après le dramatique accident, un rapport apporte de nouveaux éléments au dossier. Le 14 novembre 2015, le déraillement d’une rame d’essai TGV à Eckwersheim près de Strasbourg (Bas-Rhin) a tué onze personnes et blessé une vingtaine d’autres.

Le Parisien révèle ce vendredi de nouvelles conclusions d’une enquête menée par le cabinet Technologia. Le constat est sans appel et accable Systra, la filiale de la SNCF et de la RATP chargée de l’organisation des essais sur le tracé de la nouvelle ligne à grande vitesse (LGV) Est-européenne.

Manque de rigueur

Ce rapport, commandé par le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail de Systra, dénonce un manque de rigueur dans l’organisation des essais et une réglementation trop approximative. La chaîne de commandement se révèle être aussi imprécise.

>> A lire aussi: L'enquête confirme une «vitesse très excessive»

Tandis que le Bureau d’enquêtes sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) avait confirmé en février la« vitesse très excessive », le cabinet Technologia s’interroge sur le débranchement, lors des essais en survitesse, du système qui empêche les trains de dépasser la vitesse limite.

Les mauvaises pratiques sont aussi épinglées, notamment celle qui consiste à inviter des personnes dans le train lors des essais, alors que le règlement interdit d’embarquer des invités. Ils étaient sept le jour de l’accident. Deux sont morts dans ce déraillement, précise Le Parisien.

Systra n’a pour le moment pas souhaité réagir.