Strasbourg: Quand une randonnée en roller veut faire avancer l'accessibilité des personnes handicapés

HANDICAP L'association Mobile en ville bouclait sa randonnée à Strasbourg mardi, composée de personnes valides en roller et d'autres en situation de handicap...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg: Quand une randonnée en roller veut faire avancer l'accessibilité des personnes handicapés
Strasbourg: Quand une randonnée en roller veut faire avancer l'accessibilité des personnes handicapés — A. Ighirri / 20 Minutes

Ils sont partis de Paris il y a cinq jours et ont fait étape à Dijon, Besançon, Belfort ou encore Colmar. Eux, ce sont environ 50 personnes valides à roller et en situation de handicap en fauteuil roulant, participant à une randonnée mixte solidaire. Après des excursions vers Londres et Bruxelles les années précédentes, l’association Mobile en ville a en effet bouclé son nouveau défi mardi dans la capitale alsacienne.

>> A lire aussi: Sur le campus de Strasbourg, la vie des étudiants handicapés facilitée

Le but ? Sensibiliser au handicap, à l’accessibilité et, au passage, promouvoir les sections handi-roller. « Les personnes valides qui nous accompagnent dans cette randonnée mangent et dorment avec nous. Elles comprennent alors qu’une certaine hauteur de lit est nécessaire aux personnes handicapées, elles voient qu’on ne peut pas se doucher sans des barres d’appui », détaille Catherine Dupont, présidente de Mobile en ville.

« Les gens ne savent pas comment faire »

Et puis il y a le message adressé aux élus rencontrés dans les différentes villes étapes. « On sait qu’on doit s’adapter mais on vient aussi pour améliorer les choses, assure la présidente de l’association. Pourquoi les deux premiers gymnases dans lesquels nous avons dormi étaient équipés mais pas les deux suivants ? Alors qu’en rajoutant deux barres supplémentaires aux toilettes ou dans les douches, on ouvre déjà les portes à plusieurs handicaps ».

Pour aider les municipalités, la présidente associative ne se définit pas comme une « experte » mais comme « utilisatrice quotidienne » : « Durant ce défi, je n’ai pas trouvé une personne qui n’était pas intéressée par mon discours. Ce n’est pas que les gens n’ont pas envie, mais ils ne savent pas comment faire ». Elle leur apporte alors une première réponse : le salon du handicap, « une vraie caverne d’Ali Baba », selon elle.

Et Strasbourg ?

La capitale alsacienne n’échappe pas aux critiques de l’association. Mais Strasbourg peut se targuer d’avoir déjà organisé une randonnée handi-roller l’an dernier, via l’association 1001 roues roller. Cette dernière a d’ailleurs travaillé avec Mobile en ville sur cette étape strasbourgeoise. « Pour le handi-roller, on utilise surtout des pistes cyclables. Pour une ville où la pratique n’est pas encore très développée, Strasbourg n’est donc pas trop mal, même si certaines bandes cyclables sont sur la route ou sont gravillonnées, juge Véronique Kolb de 1001 roues roller. Certains trottoirs sont aussi trop hauts… alors en roller on peut enjamber mais pas en fauteuil. On découvre les difficultés rencontrées par les personnes handicapées en ville ».

« Certaines personnes handicapées ne sortent pas de chez elle parce que c’est trop compliqué. Moi, je veux avoir le choix ! », plaide Catherine Dupont. Et pour y veiller, la présidente tenterait bien de refaire le même Paris-Strasbourg l’an prochain pour voir si des choses ont changé dans les communes.