Lorraine: Une supérette fait craindre aux buralistes la perte de leur monopole sur le tabac

ECONOMIE Une trentaine de buralistes ont protesté, lundi à la gare d’Epinal, contre l’ouverture d’un Monop’station qui vend des cigarettes…

G.D. avec AFP

— 

Illustration d'un bureau de tabac
Illustration d'un bureau de tabac — G.VARELA / 20MINUTES

La vente de tabac chez Monoprix attise la colère des buralistes. Une trentaine d’entre eux a manifesté, lundi, à Epinal, dans les Vosges, contre la récente ouverture, dans la gare de cette ville, d’une supérette de cette enseigne, laquelle propose des cigarettes. Ils dénoncent une « concurrence déloyale » de la part de la grande distribution.

« Un coup de canif supplémentaire à la profession »

« Après la hausse des prix et l’arrivée du paquet neutre », l’ouverture de ce point de vente sous l’enseigne Monop' station est « un coup de canif supplémentaire à la profession », s’inquiète Catherine Marcel, représentante de la Chambre syndicale des buralistes des Vosges. « D’un côté, on cherche à faire diminuer la consommation de tabac, et de l’autre, on libéralise sa vente », note-t-elle.

>> A lire aussi : Le paquet neutre, fossoyeur des buralistes du Nord?

Monop' station a succédé, le 22 juillet, en gare d’Epinal au Relay, distributeur de presse et de livres, qui, par ailleurs, vendait déjà du tabac.

Cigarettes en provenance du Luxembourg

L’an dernier, un millier debureaux de tabac dans toute la France ont dû mettre la clef sous la porte, et 27 % du tabac consommé dans le pays provient de la vente clandestine de paquets de cigarettes en provenance du Luxembourg, selon la représentante des buralistes.

>> A lire aussi : Monoprix débarque sur les autoroutes

Contactée par l’AFP, une porte-parole du groupe Monoprix a souligné qu’il n’était pas question de « faire entrer le tabac dans la grande distribution », et que le groupe n’avait « en aucun cas créé un nouveau point de vente de tabac ».

« Conformément à la procédure, nous avons demandé à la préfecture et aux douanes de nous accorder l’agrément nous autorisant à vendre du tabac comme le faisait la boutique Relay, et il nous a été accordé », a expliqué cette porte-parole, Marion Denonfoux.

Aucun buraliste à proximité

Selon Monoprix, la préfecture a estimé qu’il n’y avait pas de buralistes à proximité de la gare et qu’il s’agissait donc « d’un service rendu à la population ».

Créé en décembre 2011, le réseau Monop’station compte désormais 14 boutiques dans les gares de France. Celle de Meaux, en Seine-et-Marne, a été la première à vendre du tabac en 2012. Mais toutes ne vendent pas aujourd’hui des cigarettes.