Bénévolat contre RSA: Le dispositif appliqué dans le Haut-Rhin dès janvier 2017

SOCIAL Les bénéficiaires de la prestation devront effectuer sept heures de bénévolat hebdomadaire...

20 Minutes avec AFP

— 

Le préfet du Haut-Rhin attend que le Conseil départemental du Haut-Rhin lui donne des précisions sur l’attribution du RSA contre la réalisation de sept heures hebdomadaires de bénévolat. (Illustration)
Le préfet du Haut-Rhin attend que le Conseil départemental du Haut-Rhin lui donne des précisions sur l’attribution du RSA contre la réalisation de sept heures hebdomadaires de bénévolat. (Illustration) — P.MAGNIEN / 20 MINUTES

Les bénéficiaires du RSA devront effectuer du bénévolat. Le Conseil départemental du Haut-Rhin commencera dès le 1er janvier 2017 à conditionner le versement du Revenu de solidarité active à sept heures de bénévolat hebdomadaire, sans attendre que la justice administrative se soit prononcée sur cette mesure polémique, a confirmé lundi son président Eric Straumann (LR).

>> A lire aussi : L'initiative controversée envisagée par certains départements

Dans leur délibération du 5 février, qui a provoqué une vive polémique au niveau national, les élus du Haut-Rhin avaient décidé que les bénéficiaires du RSA devraient réaliser des heures de bénévolat, sous peine d’être privés de leur allocation. « Personne n’a vocation dans ce pays à se retrouver éternellement bénéficiaire du RSA », a martelé lundi Eric Straumann (qui est par ailleurs député), évoquant une démarche de réinsertion dans la société.

Le département « dans l’incapacité de faire face au financement des allocations »

Pour la collectivité, le versement du RSA « est devenu aujourd’hui un poste de dépense lourd, aussi lourd qu’incontrôlable (…) Le système de financement est exsangue et le mécanisme d’insertion en panne », a-t-il argué. Le Haut-Rhin évalue le coût net du RSA pour la collectivité en 2016 à une « cinquantaine de millions d’euros ». En décembre, le département sera « dans l’incapacité de faire face au financement des allocations à l’instar d’autres départements », selon Eric Straumann.

D’ici au 1er janvier, plusieurs groupes de réflexion - intégrant notamment une quinzaine d’allocataires du RSA - plancheront sur la question pour préciser les contours du dispositif, notamment le public concerné et les types de missions de bénévolat proposées. Des « Assises des bénéficiaires du RSA » auront également lieu à l’automne, a annoncé la vice-présidente du Conseil départemental Josiane Mehlen. « Selon les retours, le dispositif pourra être ajusté, modifié, tout est possible », a-t-elle promis.