Strasbourg: Pourquoi on aime la SIG même si le club perd toujours en finale

BASKET La SIG a perdu sa quatrième finale d’affilée de Pro A, mardi, contre l’Asvel. Qui a dit Poulidor ?….

Floréal Hernandez

— 

Strasbourg, le 14 juin 2016. - Battus par l'Asvel (77-80) lors du cinquième match de la finale de Pro A, les joueurs de la SIG montent sur le podium pour recevoir la médaille de finaliste. C'est la quatrième défaite d'affilée de Strasbourg en finale de Pro A.
Strasbourg, le 14 juin 2016. - Battus par l'Asvel (77-80) lors du cinquième match de la finale de Pro A, les joueurs de la SIG montent sur le podium pour recevoir la médaille de finaliste. C'est la quatrième défaite d'affilée de Strasbourg en finale de Pro A. — Alexia Ighirri

L’impasse de quatre pour la SIG. Mardi, battu par l’Asvel (77-80) au Rhenus, le club strasbourgeois a perdu sa quatrième finale consécutive en Pro A. La deuxième de la saison après la finale d’Eurocoupe contre Galatasaray fin avril. Malgré ce statut d'« éternel loser de l’Est », dixit Vincent Collet avant le match 5 de la finale de Pro A, ça ne nous empêche pas d’aimer ce club ! Même ça renforce l’amour qu’on peut avoir pour la SIG.

La SIG perd en finale mais fait de grandes saisons
Ces quatre dernières années, Strasbourg a terminé la saison régulière de Pro A au pire 2e ! C’était en 2013 et 2016. En 2014 et 2015, la SIG a fini 1re avec notamment une saison 2015 à 30 succès pour 4 défaites. Cette saison, le club a disputé 72 matchs en a remporté 45. Le dernier match contre l’Asvel « va décider de toute notre saison », avançait Vincent Collet avant le match. Malheureusement, la défaite conclut qu’elle est ratée.

>> A lire aussi: Leloup balance sur l'arbitrage de la finale de ProA et Collet reste énigmatique.

Or, le ratio de la SIG est positif dans toutes les compétitions hormis en Coupe de France avec une élimination au premier tour et en Euroligue (3 victoires et 7 défaites). Mais dans cette prestigieuse compétition, le club a été en course pour une qualification au Top 16 jusqu’à la dernière journée et a battu le Real Madrid, champion d’Europe en titre, et le Fenerbahçe Istanbul, présent au Final Four en 2015 et 2016.

Strasbourg perd souvent en finale mais en gagne des petites coupes parfois
Alors oui, il y a quatre finales de Pro A perdues, une d’Eurocoupe, une autre de Leaders Cup en 2013. Mais la SIG a tout de même remporté la Coupe de France et la Leaders Cup en 2015. Lers premiers trophées du club depuis le titre de champion de France en 2005.

Strasbourg, le 4 mai 2015. Retour en gare de Strasbourg de la SIG victorieuse, attendue par les supporters. Coupe de France SIG vs Le Portel
Strasbourg, le 4 mai 2015. Retour en gare de Strasbourg de la SIG victorieuse, attendue par les supporters. Coupe de France SIG vs Le Portel - G. Varela / 20 Minutes

A cela, il faut ajouter les titres remportés par les Espoirs (champion de France 2015) et les U17, vainqueurs de la Coupe de France 2015 et 2016.

On se souvient des vainqueurs mais aussi de Poulidor
Jacques Anquetil ou Eddy Merckx, OK, ils ont gagné le Tour de France. Raymond Poulidor, jamais ! Mais tout le monde se souvient de lui pour ses malheurs sur la Grande Boucle et ses places d’honneur (trois fois 2e, cinq fois 3e).

>> A lire aussi: Moi, président champion de France, «c'est un autre feeling quand tu gagnes», avoue Tony Parker.

Pareil, l’AS Montferrand devenu Clermont n’a remporté son premier bouclier de Brennus qu’après onze tentatives en finale.

Ces « losers » magnifiques sont cités à chaque série de défaites pour un sportif ou une équipe. Poulidor et Clermont ont leur place au Panthéon du sport français. Alors, « entre ici, la SIG, avec ton terrible cortège de revers ».