Basket: Jérémy Leloup balance sur l'arbitrage de la finale de ProA entre Strasbourg et l'Asvel et Collet reste énigmatique

SPORT La SIG a été battue par l’Asvel mardi au Rhenus de Strasbourg (77-80)...

Alexia Ighirri

— 

Strasbourg, le 14 juin 2016. - Le Strasbourgeois Jérémy Leloup tente de contenir le Villeurbannais Charles Kahudi. En vain, c'est l'Asvel qui s'impose à Strasbourg (77-80) et remporte le titre de champion de France.
Strasbourg, le 14 juin 2016. - Le Strasbourgeois Jérémy Leloup tente de contenir le Villeurbannais Charles Kahudi. En vain, c'est l'Asvel qui s'impose à Strasbourg (77-80) et remporte le titre de champion de France. — PATRICK HERTZOG / AFP

Les basketteurs strasbourgeois ont été discrets aprèsleur nouvel échec en finale de ProA sur leur parquet face à l’Asvel. Mais les rares paroles prononcées à l’issue de la rencontre ont été franches. A commencer par celles de Jérémy Leloup qui n’a pas hésité à pointer du doigt l’arbitrage : « Il y a eu des décisions… Il ne faut pas se mentir, il faut porter ses couilles », a-t-il balancé devant les journalistes, évoquant des coups de sifflet en fin de rencontre qui auraient pesé sur le résultat selon lui.

>> A lire aussi: Euro 2016: «80% des hommes se grattent les couilles», quand Podolski défend son coach Löw

Autre réaction, très attendue à l’issue de la rencontre, celle de Vincent Collet, coach de la SIG.

Phrase sibylline de Collet

Il aura finalement mis plus de temps à traverser le couloir pour se rendre en salle de presse que devant le micro : il n’y sera resté que quelques secondes le temps de prononcer une phrase sibylline : « Bonsoir et merci. J’apprécie les remerciements du basket français ».

De son côté Charles Kahudi, le trophée de champion de France dans la main, répondait aux accusations sur l’arbitrage : « C’est une finale ! Le basket c’est un sport d’homme ! ». Et ce samedi soir, ce sont bien les hommes de Tony Parker qui ont été sacrés.