VIDEO. Basket: Strasbourg chante «Happy Birthday» à Vincent Collet qui reprend «Casser la voix»

SPORT La SIG a remporté son deuxième match en finale de Pro A contre l’Asvel (73-61), lundi. Le soir du 53e anniversaire de son coach Vincent Collet…

Floréal Hernandez

— 

La SIG a remporté face à l'Asvel le deuxième match de la finale de Pro A (73-61), lundi. Un beau cadeau d'anniversaire de Louis Campbell et ses coéquipiers à son coach Vincent Collet, 53 ans.
La SIG a remporté face à l'Asvel le deuxième match de la finale de Pro A (73-61), lundi. Un beau cadeau d'anniversaire de Louis Campbell et ses coéquipiers à son coach Vincent Collet, 53 ans. — SEBASTIEN BOZON / AFP

Et à la fin du match 2 de la finale de Pro A entre la SIG et l’Asvel, les 6.168 spectateurs du Rhenus de Strasbourg se sont levés et ont entonné « Happy Birthday » ! Un honneur réservé à Vincent Collet qui fêtait son 53e anniversaire, lundi. Et comme cadeau, ses joueurs lui ont offert une victoire (73-61), la deuxième contre Villeurbanne après celle de samedi (80-73).

>> Revivez le match 2 de la finale Strasbourg-Asvel... L'anniversaire rêvé de Collet, le cauchemar de Villeurbanne (73-61).

« Tout le monde connaît mon âge maintenant. Je ne pouvais pas être plus discret », sourit Vincent Collet. Aux textos qu’il a reçus dans la journée de lundi, il s’est borné à répondre : « Seuls mes joueurs peuvent m’offrir un cadeau. » « Ils l’ont exaucé, se réjouit l’entraîneur de la SIG obligé de parler dans le micro car il a comme dirait Patrick Bruel "Casser la voix". Au-delà de la victoire, il y a la manière. Il y a eu une progression entre les deux matchs. Et là, pendant trente minutes, on a mené le match comme on souhaitait le faire. »

>> Résumé de SIG-Asvel (73-61).

Le titre de champion de France comme cerise sur le gâteau d'anniversaire

A tel point que la SIG comptait 25 points d’avance sur l’Asvel à l’entame du quatrième quart-temps. « C’est le deuxième match que l’on dispute sans pouvoir les inquiéter, souligne JD Jackson, le coach de l’Asvel et ex-adjoint de Collet au Mans. A nous de nous sublimer pour qu’il y ait une vraie finale. »

Ce que les Strasbourgeois ont su faire notamment entre la 11e et la 30e où ils ont infligé un 47-27 à l’Asvel. « On a fait le boulot à la maison. Il ne faut pas s’enflammer », tempère Rodrigue Beaubois, tout feu tout flamme avec 20 points, ce lundi.

>> A lire aussi: Ecrasée par Strasbourg, l'Asvel est «marquée psychologiquement».

Cette victoire offerte à son coach, Louis Campbell ne s’en contente pas. « Il faut encore gagner un match pour être champion. » Car le vrai cadeau pour Collet mais aussi pour la SIG et Strasbourg est là : c’est le titre de champion de France qui se refuse depuis trois ans à la SIG. Une victoire à Villeurbanne jeudi ou samedi serait la cerise sur le gâteau d’anniversaire de Vincent Collet.