Qui est le jeune Français arrêté en Europe de l'Est avec un stock d'armes de guerre et d'explosifs?

FAITS DIVERS Le jeune Lorrain, arrêté à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne car suspecté de projet terroriste, était considéré par ses voisins et son employeur comme sans histoire…

Fanny Hardy

— 

L'homme a été interpellé par les gardes-frontières ukrainiens (illustration).
L'homme a été interpellé par les gardes-frontières ukrainiens (illustration). — SERGEI SUPINSKY / AFP

Le Français arrêté le 21 mai, à la frontière entre l’Ukraine et la Pologne, avec un arsenal impressionnant d’armes de guerre et d’explosifs dans sa voiture, est lorrain, ont révélé nos confrères de M6, vendredi. Inconnu des services de renseignement et de la justice, Grégoire M. aurait eu pour objectif de rassembler des munitions et de les emmener en France, afin de commettre des attentats sur le sol français. Il aurait ainsi voulu attaquer des synagogues et des mosquées.

>> A lire aussi : Un Français arrêté en Ukraine préparait 15 attentats en France pendant l'Euro

Dans sa voiture, ont alors été retrouvés par des gardes-frontières ukrainiens « au moins trois lance-roquettes, plusieurs systèmes de visée, une centaine de détonateurs, plus de cent kilos de TNT, une demi-douzaine de fusils d’assauts de modèle Kalachnikov, et de nombreuses cagoules », rapportent encore nos confrères.

Il travaillait en tant qu’inséminateur en Alsace

Une perquisition a été menée à son domicile de Nant-le-Petit (Lorraine) il y a plusieurs jours, détaille quant à lui l’Est-Républicain. Choqués, ses voisins ont du mal à y croire. « Il disait toujours bonjour, demandait comment ça allait. C’était difficile de s’attendre à ça », a réagi une vieille dame cité par nos confrères du quotidien régional.

Le suspect travaillait en tant qu’inséminateur dans une coopérative, dont le siège administratif se situe dans les Vosges. « Nous n’avons rien à lui reprocher, c’est un collaborateur sans histoire, a indiqué la direction de la coopérative à 20Minutes. Il a assuré la mission qui lui était confiée. » Embauché depuis un an environ, Grégoire M. était chargé de remplacer ses collègues partis en congé, essentiellement sur le territoire du Bas-Rhin. « Ses parents sont des gens formidables. Ils sont ahuris et abasourdis face à ce qu’ils apprennent. S’il y avait eu des signes particuliers [démontrant les projets de leur fils, NDLR], ils auraient agi, sans aucun doute. »

Le jeune Lorrain est actuellement toujours détenu par les autorités ukrainiennes.