Football: Pourquoi le «Jacky Show» de Duguépéroux va manquer à Strasbourg

SPORT Contre Dunkerque, vendredi, Jacky Duguépéroux a vécu son dernier match sur le banc du Racing club de Strasbourg…

Floréal Hernandez

— 

Jacky Duguépéroux quitte le Racing club de Strasbourg sur une montée en Ligue 2. (Archives
Jacky Duguépéroux quitte le Racing club de Strasbourg sur une montée en Ligue 2. (Archives — G. Varela / 20 Minutes

Le Racing a fait le choix, lundi, de ne pas continuer l’aventure avec Jacky Duguépéroux . Celui-ci a donc terminé sa carrière sur le banc strasbourgeois avec un nul contre Dunkerque (2-2), ce vendredi à la Meinau. Après ses coups d’éclats en Coupe de la Ligue (1997 et 2005) ou sur la scène européenne, le coach également champion de France 1979 comme joueur quitte donc le RCS sur une montée en Ligue 2.

Pas toujours facile à vivre, Dugué manquera quand même dans le paysage strasbourgeois.

Pour ses analyses brutes de décoffrage

« N’en déplaise à tous les esthètes du foot, on est dans la course pour notre objectif [L2] », lance-t-il après un match nul concédé face à Châteauroux (1-1) réduit à 9 et qui a égalisé dans les arrêts de jeu.

>> A lire aussi: Si personne ne dit «Merci Michel» à Marseille, tout le monde dit «Merci Jacky» à Strasbourg.

Pour sa mauvaise foi 

Après une poussive victoire contre Epinal, avant-dernier de National, Dugué assène sans sourciller : « Je suis très satisfait de gagner 2-1, sur deux penaltys ! » Les esthètes du foot auront apprécié.

Pour sa droiture

Renvoyé en tribune face à Amiens (0-1), pour la première fois de sa carrière de coach, Duguépéroux ne sera pas suspendu contre Dunkerque car la commission de discipline n’a pas encore statué. « Si sentence, il y a, je ferai appel [même s’il n’est plus entraîneur], j’irai même me défendre. Quand je fais une bêtise, j’assume. Mais là, les propos sont mensongers. »

>> A lire aussi: La Meinau et Duguépéroux taclent l'arbitre de Strasbourg-Amiens.

Pour sa mémoire

A la question d’un confrère, « le match contre Créteil au stade Bauer en Coupe de France, vous aviez gagné ou perdu ? », Dugué n’hésite pas une seconde et redonne le score : « 1-0 ». Seule erreur, il pensait que Pascal Nouma avait été expulsé. L’attaquant avait seulement été averti.

La défaite à Dunkerque (4-1) lors de la première journée de National, cette saison, est encore en travers de sa gorge. Pour les critiques qui ont suivi : « On en a pris plein la tête. On a parlé d’erreurs de recrutement pour Saad et Marester. Mais la défense n’a encaissé que 17 buts, cette saison. Ils ont bien rattrapé leurs erreurs du premier match », avance-t-il. Les Dunkerquois en prennent aussi pour leur grade. « Leur comportement avait été limite. En foot, il y a un avantage, c’est qu’on se retrouve toujours. »

Pour ses piques

Avant un déplacement à Béziers, le coach revient sur la performance d’Abdelhak Belahmeur face à Orléans : « Il s’est bien fait siffler sur ces deux frappes [envolées] (sourire). Il a bien préparé le match à Béziers mais il n’y aura pas de poteaux de rugby mais un but. »

Lors de son premier entraînement, le 31 mars 2014, Dimitri Liénard avait découvert son nouvel entraîneur frontalement : « Tu fais la gueule ? Bah, t’as pas fini ! »

Pour ses anecdotes

Après un nième penalty raté, Duguépéroux est interpellé par un vieux monsieur par-dessus sa haie. « " Il faut leur apprendre à tirer les penaltys ! ", m’a-t-il lancé. J’ai répondu qu’il avait qu’à venir lundi pour le faire, il n’est jamais venu. »

>> A lire aussi: Qui es-tu Thierry Laurey, nouvel entraîneur de Strasbourg?

Dans la semaine précédant le dernier match face à Dunkerque, le coach annonce : « Ça fait 25 ans que je n’avais pas fait un tennis-ballon. Avec le staff, on a gagné un match. Celui face à Seka, mon capitaine ! Pour une fois l’arbitrage nous a été favorable (sourire). Heureusement qu’il n’y avait pas le Hawk-Eye comme au tennis, il n’a pu contester. »

Pour l’humour qu’on ne partageait pas

Un « Ah, c’est vous qu’êtes rigolo ? » ou quelque chose s’en approchant après ce titre sur la photo d’équipe du RCS : « A défaut de tirer au but, le Racing se fait tirer le portrait ».