Basket: La famille de Paul Lacombe «déchirée» par la finale Strasbourg-Asvel

SPORT Strasbourg affronte l’Asvel en finale de Pro A avec un premier match ce samedi à 20h30 au Rhenus. Pour Paul Lacombe, natif de Lyon, cette finale s’annonce chargée en émotions et il ne va pas être facile de les gérer…

Floréal Hernandez
— 
La finale de Pro A entre Strasbourg et Villeurbanne va être difficile à aborder émotionnellement pour l'arrière de la SIG Paul Lacombe qui est natif de Lyon et qui a passé 11 ans à l'Asvel. (Archives
La finale de Pro A entre Strasbourg et Villeurbanne va être difficile à aborder émotionnellement pour l'arrière de la SIG Paul Lacombe qui est natif de Lyon et qui a passé 11 ans à l'Asvel. (Archives — G. Varela / 20 Minutes

Le Lyon de la SIG. Il peut arriver à Paul Lacombe de rugir sur le parquet du Rhenus après un succès. L’arrière strasbourgeois espère que ce sera le cas à l’issue de la finale du championnat de France contre Villeurbanne. Lui, qui comme la SIG, a trop connu de défaites en finale.

Mère et sœur pro-Asvel ou pro-Paul ?

Mais pour Lacombe, ce dernier rendez-vous de la saison, va être particulier à gérer. Lui, le Lyonnais qui a passé 11 années à l’Asvel et dont la sœur et la mère sont abonnées à l’Astroballe. « J’ai beaucoup d’affection pour l’Asvel. Je suis content que le club soit en finale. Malheureusement pour eux, ils tombent sur nous, rigole Lacombe. On tient à gagner, je ne l’apprends à personne. »

>> A lire aussi: Pour tuer le temps sur un voyage de 3.000 km, les joueurs de Strasbourg «trichent» aux cartes notamment Paul Lacombe!

Lors des deux premiers matchs de la finale à Strasbourg, sa famille ou ses proches ne feront pas le voyage pour l’encourager. Et encore, ce n’est pas dit qu’ils soient derrière lui. « Vincent [Collet, son coach] et Pierre [Tavano, coach adjoint] m’ont montré une photo de la finale de la Coupe de France contre Le Mans où on voit ma mère et ma sœur en train de crier. Je leur ai demandé comment elles allaient faire. Car elles vont être pour moi mais aussi pour l’Asvel et seront contentes quel que soit le résultat final. Ça m’énerve (sourire). Mon père ne soutient que moi (rire) ! » Pour ses potes, le dilemme va être le même.

>> Avec ce contre, Paul Lacombe a été retenu pour être dans le « Top 10 des Tops 10 » de la Pro A.

« Un an qu’on se prépare à cette finale »

L’arrière va lui devoir gérer ce surplus d’émotions liées à la finale et à l’adversaire notamment lors du ou des matchs à Villeurbanne. « Emotionnellement, j’ai encore un peu de mal à gérer ces situations. Vincent [Collet] le sait. Il est très bon psychologue. Il m’en a déjà parlé et va le refaire. »

Celui qui a signé sa première licence à l’AL Vénissieux Parilly Basket, club dont est issu aussi Pierre Tavano, s’attend à une finale difficile contre l’Asvel où « il faudra être dur, dans le combat car bien jouer ou se partager le ballon ne suffira pas ». Une finale que le club strasbourgeois ne veut pas rater. « Ça fait un an qu’on s’y prépare ! », lance Lacombe. Le Strasbourgeois ne pense qu’au succès quitte à faire enrager partiellement sa mère et sa sœur.