Budget de la recherche: Des Prix Nobel s'offusquent des coupes budgétaires

UNIVERSITE Un projet de décret doit annuler 256 millions de crédits pour la recherche et l’enseignement supérieur. Sept Prix Nobel – dont deux de l’université de Strasbourg – et une médaille Fields dénoncent cette coupe budgétaire…

Floréal Hernandez

— 

Jules Hoffmann, Prix Nobel de médecine en 2011 (à gauche) et Jean-Marie Lehn, Prix Nobel de chimie en 1987 (à droite), viennent de signer une tribune dans «Le Monde» contre l'annulation de 256 millions d'euros de crédits pour la recherche et l'enseignement supérieur en France.
Jules Hoffmann, Prix Nobel de médecine en 2011 (à gauche) et Jean-Marie Lehn, Prix Nobel de chimie en 1987 (à droite), viennent de signer une tribune dans «Le Monde» contre l'annulation de 256 millions d'euros de crédits pour la recherche et l'enseignement supérieur en France. — G. Varela \ 20 Minutes

« Un suicide scientifique et industriel. » Dans une tribune dans Le Monde, sept Prix Nobel et une médaille Fields dénoncent les coupes budgétaires annoncées pour la recherche et l’enseignement supérieur. Parmi les huit signataires de ce texte, on trouve deux des trois Prix Nobel de l’université de Strasbourg :  Jules Hoffmann, Prix Nobel de médecine en 2011 et Jean-Marie Lehn, Prix Nobel de chimie en 1987.

256 millions d’euros de crédits annulés

Ce mardi, la commission des finances de l’Assemblée nationale doit se prononcer sur le projet de décret qui prévoit d’annuler 256 millions d’euros de crédits sur la mission « recherche et enseignement supérieur », annonce Le Monde. C’est pourquoi les prestigieux scientifiques sont vent debout.

>> A lire aussi : >> A lire aussi: L'université de Strasbourg reçoit le lable Nobel

« La recherche scientifique française, dont le gouvernement ne cesse par ailleurs de louer la grande qualité et son apport à la R & D [recherche et développement], est menacée de décrochage vis-à-vis de ses principaux concurrents dans l’espace mondialisé et hautement compétitif de la recherche scientifique », soulignent les huit signataires. Ceux-ci mettent en exergue la décision du gouvernement américain de doubler son effort dans le domaine des recherches sur l’énergie et la hausse de 75 % en 10 ans des dépenses de R & D de l’Etat fédéral allemand.