Football: Le FC Séville, une équipe presque de Ligue 1, qui marche sur l'Europa League

SPORT Le FC Séville peut remporter sa troisième Ligue Europa face à Liverpool, ce mercredi à Bâle. Et ce avec une équipe composée pour moitié par des joueurs passés par la Ligue 1...

Floréal Hernandez

— 

Kevin Gameiro (ex-Strasbourg, Lorient, PSG) félicité par ses partenaires du FC Séville et le grand sourire de Steven N'Zonzi (ex-Amiens). Le club andalou, finaliste de la Ligue Europa contre Liverpool, compte 7 joueurs passés par la Ligue 1 ou la Ligue 2 dans ses rangs.
Kevin Gameiro (ex-Strasbourg, Lorient, PSG) félicité par ses partenaires du FC Séville et le grand sourire de Steven N'Zonzi (ex-Amiens). Le club andalou, finaliste de la Ligue Europa contre Liverpool, compte 7 joueurs passés par la Ligue 1 ou la Ligue 2 dans ses rangs. — Efrem Lukatsky/AP/SIPA

Gameiro, Trémoulinas, Rami, Kolodziejczak, N’Zonzi, Mariano ou Krychowiak. Ces noms vous disent quelque chose ? Normal, ils sont tous passés par la Ligue 1 et la Ligue 2. Et tous sont en finale de la Ligue Europa, ce mercredi soir à Bâle, avec le FC Séville contre Liverpool. « Les joueurs français s’exportent plutôt bien, note Philippe Montanier, ex-coach de la Real Sociedad ou de Rennes. C’est particulièrement visible quand le FC Séville est en finale. » Et c’est la troisième année d’affilée que le club andalou arrive à ce niveau avec deux succès en 2014 et 2015.

>> Une belle brochette française.

En finale !!! 👍🏽⚽️✨ #VamosmiSevilla #kevingameirooff

A photo posted by Kevin Gameiro (@kevingameirooff) on

« Les indemnités de transfert sont dans nos cordes »

La raison de ce recrutement français tient à une personne en Andalousie : Monchi. Le directeur sportif sévillan, apprécie les qualités du joueur de L1. « Tactiquement et physiquement, il est l’un des plus complets du marché », expliquait-il à l’été 2015 au Journal du Dimanche. « La Ligue 1 est souvent décriée mais c’est un championnat avec de l’impact, de l’intensité et des joueurs bien formés tactiquement. Séville vient recruter ceux avec le plus de potentiel technique », note Philippe Montanier.

>> A lire aussi: Gameiro, «Strasbourgeois de cœur» et «joueur de classe mondiale» formé au Racing.

Et Séville a quelques arguments pour séduire les joueurs de Ligue 1 : la possibilité d’évoluer dans un meilleur championnat où l’on affronte deux fois par an le Real ou le Barça, des qualités de vie non négligeables et des salaires intéressants. « Financièrement, la barre est moins haute : les indemnités de transfert sont dans nos cordes, comme les salaires », reconnaissait Monchi dans le JDD.

En finale de Ligue Europa, absents des 23 de Deschamps

« Quand j’étais à la Real Sociedad, sur mon contrat, il y avait trois lignes de cotisations sociales. En France, on en a trente-cinq, souligne Philippe Montanier. A la Sociedad, on avait recruté leMexicain Vela. Jamais un joueur comme ça n’aurait pu signer en France dans un club au budget moyen. Quand Krychowiak part de Reims pour 5 ou 6 millions d’euros, tous les clubs français ne peuvent s’aligner. »

>> A lire aussi: Mariano, Trémoulinas, Krychowiak avec Séville, les ex-Girondins se régalent.

>> Les supporters de Liverpool sur le chemin de Bâle…

Reste que si les Français du FC Séville brillent en Europe, ils restent à des années-lumière des Bleus. Seul Gameiro a été retenu par Didier Deschamps pour l’Euro 2016 mais comme réserviste. « Il y a une forte concurrence en équipe de France. Rami, par exemple, se retrouve face à Varane ou Koscielny. L’équipe de France possède de grands joueurs qui jouent dans les meilleurs clubs européens Arsenal, le Real Madrid, Manchester City, le Bayern Munich… Les joueurs de Séville sont en concurrence avec eux. » Des clubs qui passent le 1er tour de la Ligue des Champions au contraire de l’équipe andalouse qui se console en trustant le trophée de la Ligue Europa.