Ebola: L'essai clinique d'un vaccin contre le virus temporairement suspendu

SANTE Un essai clinique sur un vaccin contre le virus Ebola a été suspendu de manière temporaire, car un volontaire a présenté des signes d’une maladie rare touchant les nerfs crâniens…

F.H.

— 

Un essai clinique portant sur le vaccin Ebovac 2 pour lutter contre le virus Ebola a été suspendu temporairement. L'un des 300 volontaires a déclaré le syndrome de Miller-Fisher.
Un essai clinique portant sur le vaccin Ebovac 2 pour lutter contre le virus Ebola a été suspendu temporairement. L'un des 300 volontaires a déclaré le syndrome de Miller-Fisher. — Frederic Scheiber/20 Minutes

France Info et France Bleu Alsace annoncent la suspension temporaire d’un essai clinique sur le virus Ebola. La raison ? L’apparition du syndrome Miller-Fisher chez l’un des 300 volontaires testant le vaccin Ebovac 2 du laboratoire Janssen.

Strasbourg, l’un des sept centres de recrutement

Le syndrome de Miller-Fisher est une forme rare de la maladie de Guillain-Barré, touchant les nerfs crâniens. France Info et France Bleu Alsace révèlent que « le neurologue qui a examiné le patient estime qu’a priori il n’y aurait pas de lien direct entre la vaccination et la survenue du syndrome mais sans l’exclure formellement. »

>> A lire aussi le dossier de 20 Minutes sur l’essai thérapeutique mortel à Rennes en janvier 2016

Joint par 20 Minutes, le service communication de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) – qui coordonne le projet Ebovac 2 – confirme « l’arrêt temporaire de l’essai clinique ». Strasbourg est l’un des sept centres avec Paris, Créteil, Lyon, Marseille, Rennes et Saint-Etienne participant l’essai clinique dont le but est de « déterminer le profil le plus efficace de la stratégie vaccinale pour stimuler le système immunitaire et protéger contre l’infection du virus Ebola », détaille l’Inserm.

>> A lire aussi: Une molécule géante pour lutter contre le virus Ebola.

« L’essai va reprendre dans les prochains jours, affirme-t-on à l’Inserm. La réglementation est stricte et oblige par mesure de précaution à la suspension. » C’est l’Agence nationale de sécurité du médicament qui donnera le feu vert pour la reprise de l’essai clinique sur le vaccin Ebovac 2.

Il n’y a « pas d’inquiétudes », a affirmé mercredi, sur France Info, Marisol Touraine. Selon la ministre de la Santé, « il semblerait que l’incident ne soit pas lié à l’administration du vaccin mais les études se poursuivent et les experts indépendants vont se prononcer ».