Plus rapide dès le 3 juillet, le TGV Est sera aussi plus cher (mais pas pour tout le monde)

TRANSPORTS La SNCF lancera la vente des billets jeudi 12 mai sur le TGV Est « L’Européenne » dont l’ouverture est prévue le 3 juillet prochain et propose pour l’occasion des tarifs imbattables et des nouveautés…

Gilles Varela
— 
TGV en gare de Strasbourg le 08 12 2008
TGV en gare de Strasbourg le 08 12 2008 — G. VARELA / 20 MINUTES

Autant le dire tout de suite : le TGV Est, baptisé l’Européenne, va rapprocher significativement Strasbourg de Paris et positionner un peu plus encore la capitale alsacienne au cœur de l’Europe, mais cela va coûter aux passagers « raisonnablement » plus cher, selon la SNCF.

Dès le 3 juillet prochain

Dès le 3 juillet prochain, avec la mise en service de la deuxième phase du TGV Est, le nouveau tronçon long de 106 km de Vendenheim à Baudrecourt va permettre de gagner 30 minutes de trajet pour rejoindre Paris, portant la capitale à 1h49 (contre 1h46 dans le sens Paris Strasbourg). Renforcement des dessertes, des liaisons vers l’ouest et notamment de la région Grand Est, vers Roissy, Lille, des TGV directs, c’est parfait. Oui mais à quel prix ? Car c’est la question qui brûle les lèvres.

Et malheureusement pour ne pas dire évidemment, la grille tarifaire va être changée et cela va augmenter. Mais ce sera « une évolution tarifaire raisonnable, selon Eric Vande Gehuchte, directeur de l’Axe TGV Est, avec une augmentation en moyenne de trois euros sur un trajet Paris-Strasbourg. Les tarifs Prem’s restent inchangés, à 25 euros pour un trajet Strasbourg-Paris et moins encore pour ceux qui ont une carte de réduction. »

SNCF
SNCF - SNCF

Gain de temps, augmentation des prix

A y regarder de plus près, ce sont les billets achetés à la dernière minute, sans réduction, qui vont être les plus « impactés » avec une augmentation d’environ 11 %. Ainsi un trajet plein tarif sur Paris-Strasbourg en seconde classe, sans aucune réduction coûtera 107 euros (contre 94 euros actuellement). Pour une première classe il faudra ajouter six euros supplémentaires. « Mais il n’y aura pas d’augmentation de prix quand il n’y a pas de gain de temps ou que celui-ci est inférieur ou égal à 20 minutes », assure Eric Vande Gehuchte.

Ce sera le cas pour les liaisons Paris-Metz, Paris-Nancy et Paris-Reims, mais aussi pour quelques TGV Strasbourg-Paris car une circulation sur voie unique sur 27 km aux abords de Strasbourg a été mise en place  suite à l’accident du TGV test en novembre, la voie étant sous expertises. « Cela devrait être rétabli d’ici la fin de l’année », promet la SNCF.

>> A lire aussi: La SNCF mise sur le train du futur baptisé Hyperloop

Autre bonne nouvelle, à l’occasion du lancement de l’Européenne, 100.000 billets sont mis en vente à des prix « exceptionnels » du 12 au 16 mai pour voyager en juillet et en août. « Il y aura par exemple des billets à 15 euros pour Paris en seconde classe, à 39 euros pour Bruxelles ou bien encore à 10 euros pour Luxembourg, Colmar », affirme la SNCF.

Toujours plus de passagers

Avec deux liaisons quotidiennes supplémentaires sur Bruxelles, mais aussi la création ou le renforcement de liaisons notamment sur Francfort, Luxembourg ou Munich, le renforcement de la capacité des TGV aux heures de pointe, avec des trains à deux étages, la SNCF espère inciter les voyageurs à prendre le train.

Elle compte aussi sur l’extension de la validité des cartes de réductions commerciales de la SNCF, qui seront valables en Allemagne, en Suisse, en Italie et en Belgique. L’entreprise espère d’ici à 2020 transporter 700.000 passagers supplémentaires (dont 300.000 à l’international) et atteindre ainsi les 12,8 millions de passagers par an.