Vin: C'est bio, le crémant voit la vie en rose en Alsace

VITICULTURE Après les vignerons indépendants, les grandes caves viticoles d’Alsace se mettent à produire du crémant rosé bio…

Floréal Hernandez

— 

Strasbourg, le 8 mai 2016. - Les grandes caves alsaciennes commencent à faire du crémant rosé bio.
Strasbourg, le 8 mai 2016. - Les grandes caves alsaciennes commencent à faire du crémant rosé bio. — Floreal Hernandez

Premières chaleurs, premières terrasses et on bulle en Alsace. Le crémant rosé bio n’est pas une nouveauté – « La première fois que j’ai dû en boire, c’était au milieu des années 1990 », lance Didier Bonnet, président de La Tribu des Gourmets – mais de grandes caves commencent à en produire comme celle de Turckheim dont c’est la première cuvée. « On diversifie notre gamme », explique Corinne Vonarx, la responsable communication de cette cave aux 7,5 millions de bouteilles (10 % de bio). Parmi elles, le crémant représente 1,5 million de bouteilles dont 30.000 de rosé bio.

Les grandes caves ne peuvent avoir une rupture de stock

La cave de Turckheim suit la démarche bio d’une dizaine de ses vignerons depuis 2011. Cette année, elle a décidé de consacrer une partie des grains de Pinot noir bio pour faire ce crémant rosé bio. « Il y a une demande, ne cache pas Michel Lihrmann, œnologue et directeur technique de la cave haut-rhinoise. Mais c’est aussi l’avenir. Ces vignerons ont une philosophie de vie et il y a une influence sur le produit. »

>> A lire aussi: L'Alsace met une goutte de rosé dans sa production de vin.

Pour Didier Bonnet, si les grandes caves mettent à leur carte du bio, c’est qu’aujourd’hui « il y a une offre crédible en bio pour les grands faiseurs. Ces caves ne peuvent se permettre d’être en rupture de stock comme un vigneron indépendant. »

Au domaine Brand, à Ergersheim dans le Bas-Rhin, on fait du vin bio depuis 2001. « Car c’est comme ça qu’on fait le meilleur vin, avance Charles Brand qui note “le bon boulot fait aussi en agriculture raisonnée”. Ce sont des vins avec plus de plaisir, de poésie, d’âme. » Quand il détaille son crémant rosé bio, Michel Lihrmann de la cave de Turckheim détaille « un goût différent. Il est sur le fruit, il a une certaine profondeur. »

« Un effet de mode »

A Oenosphère, caviste alternatif selon leur slogan, on se félicite de cette production biologique des grosses caves. « Mais, il y a une vision de marché alors qu’un vigneron, c’est par convictions », note Benoît Hecker au milieu des bouteilles « à 80 % des vins bio mais je n’ai pas de crémant rosé bio, le nôtre provient de l’agriculture raisonnée ».

Le vigneron certifié agriculture biologique Charles Brand reconnaît proposer du crémant rosé bio car « il y a un effet de mode ». Mais « c’est trois fois rien » dans sa production annuelle de 50.000 à 60.000 bouteilles.