Basket: Comment Strasbourg a fait taire Galatasaray en finale aller de l'Eurocoupe

SPORT La SIG a remporté face à Galatasaray (66-62) le match aller de la finale d'Eurocoupe. Strasbourg est à 40 minutes d'être la capitale européenne du basket. Le retour à Istanbul est prévu mercredi...

Floréal Hernandez

— 

Strasbourg, le 22 avril 2016. - Strasbourg a battu Galatasaray (66-62) en finale aller de l'Eurocoupe. Kyle Weems. Lancer le diaporama
Strasbourg, le 22 avril 2016. - Strasbourg a battu Galatasaray (66-62) en finale aller de l'Eurocoupe. Kyle Weems. — G. Varela / 20 Minutes

La SIG a remporté lepremier round de sa finale d’Eurocoupe contre Galatasaray (66-62), vendredi. Présentés comme battus d’avance par les Turcs, les Strasbourgeois annonçaient « vouloir jouer crânement leur chance et montrer que ces pronostics à la noix ne valaient rien », dixit Paul Lacombe. Et le meneur-arrière et ses coéquipiers ont réussi à faire taire leurs adversaires. 20 Minutes vous explique comment.

>> Revivez Revivez la finale aller de l'Eurocoupe où les Strasbourgeois ont été forts comme des Turcs.

Par la défense

Huit points encaissés par Strasbourg après dix minutes, 24 à la mi-temps. Si la SIG a « mis longtemps à comprendre la défense » de Galatasaray, dixit Vincent Collet, les Turcs n’ont pas plus trouvé la faille pour aller au panier alsacien. « On a très très bien défendu. C’est l’un des meilleurs matchs défensifs qu’on ait fait cette saison », souligne Rodrigue Beaubois.

>> Résumé de SIG-Galatasaray.

Son coach avance : « Galatasaray ne s’attendait pas à cette dureté défensive, à ce combat défensif. » Et la SIG a réussi à garder ce niveau tout au long du match malgré un petit éclat dans le troisième quart-temps (29-38, 24e). Mais les Strasbourgeois ont recollé, puis dépassé les Stambouliotes et les ont rendus presque aphones offensivement à l’image des ratés de Stéphane Lasme, seul sous le cercle, ou du Hook shot d’Errick McCollum (40e).

Par « une séquence d’euphorie »

Galatasaray a entamé le quatrième quart-temps avec une banderille à trois points de Blake Schilb (43-48, 31e). Le moment qu’a choisi Jérémy Leloup pour faire hurler le Rhenus de bonheur avec deux tirs longue distance réussis. L’écho de ceux-ci a résonné jusqu’aux oreilles de Louis Campbell qui a également planté à trois points (54-52, 33e).

Vincent Collet appelait ses joueurs, la veille, « à ne pas courir après l’euphorie mais après le bien joué. Mais si on peut ajouter une ou deux séquences d’euphorie, je suis preneur. » Le coach l’a eu et la SIG n’a plus lâché son avantage de points pour l’emporter sous les vivats de son public.

Par l’ambiance du Rhenus

Pour éviter le bain turc avec les nombreux supporters de Galatasaray d’Alsace et des alentours, la SIG a mis une billetterie privilégiant ses fans. Bien lui en a pris. Car la centaine de supporters turcs présente a fait plus de bruit à son entrée dans la salle qu’ensuite.

Les supporters strasbourgeois ont, eux, mis un peu de temps à s’époumoner, à se mettre debout. Mais une fois, bien chaud, le public n’a plus arrêté de donner de la voix. Vincent Collet avoue avoir eu des frissons quand La Marseillaise a été entonnée (39e).

Si le public strasbourgeois a également gagné le premier round de cette finale, il est certain de perdre au retour à Istanbul, mercredi. Une soixantaine de supporters et partenaires sont annoncés au milieu de 13.000 supporters de Galatasaray. A l’Abdi Ipekci Arena, l’enfer est promis à la SIG. « On peut l’imaginer. Ce qu’on va voir à Istanbul, on ne l’a jamais vu cette saison. Ce sera une salle folle », prédit le shooteur Rodrigue Beaubois.

>> A lire aussi: On a rencontré les Strasbourgeois qui ont «Galatasaray dans le sang» avant la finale d'Eurocoupe.

Mais le plus important sera de gagner ou de résister sur le parquet stambouliote. « Quatre points, on sait que c’est rien. C’est zéro-zéro. Mais on a peut-être ébréché leur confiance », avance Vincent Collet. Suffisant pour l’Eurocoupe devienne strasbourgeoise ?

Pour retrouver le diaporama sur mobile.