#NuitDebout Strasbourg: Après une première semaine d'occupation, où va le mouvement?

SOCIETE Après une première semaine passée place de la République, le mouvement aimerait passer plus encore des préoccupations logistiques aux questions de fond…

Gilles Varela

— 

Strasbourg le 12 avril 2016. #NuitDebout Strasbourg place de la République, après une semaine d'occupation. Lancer le diaporama
Strasbourg le 12 avril 2016. #NuitDebout Strasbourg place de la République, après une semaine d'occupation. — G. Varela / 20 Minutes

Jongleurs, musiciens, Strasbourgeois de passage occupent la place de la République depuis une semaine à présent. Si le mouvement#NuitDebout à Strasbourg et les « AG » qui se succèdent semblent s’installer dans la durée, les « citoyens mobilisés » sont en pleine réflexion, moins sur le fond de leur action que sur la forme qu’elle doit prendre. Car les grandes bâches tendues bleues et grises sur une des plus belles places de la ville, tout comme la cuisine provisoire et quelques palettes en bois faisant office de meubles, ne sont pas du goût de tous les Strasbourgeois qui en auraient fait part à la municipalité.

>> A lire aussi : Une première #NuitDebout mais les pieds dans l'eau

Enlever les bâches et les structures fixes le jour

C’est d’ailleurs en ce sens que Robert Herrmann, adjoint au maire, en charge du quartier, de la sécurité, la salubrité et l’hygiène publique s’est rendu mardi matin à proximité de la place pour rencontrer les personnes présentes et demander au mouvement de les enlever le jour. Si « Cornus », qui tient avec rigueur le point accueil dit pouvoir comprendre « que cela fasse peur à certaines personnes et que ça peut ressembler à un squat », il insiste sur le fait que ce n’est pas le cas. « Tout est propre et à peu près organisé. Nous voulons rencontrer les citoyens, pas les déranger. Nous faisons des concessions ». C’est d’ailleurs en ce sens que des « actions pacifiques » vont continuer d’être menées, comme mardi matin une distribution de café place Kléber, ou bien encore la distribution de tracts avec des « appels à témoignages ».

« Une semaine très positive »

Si il est vrai qu’aucun incident n’est à déplorer et que les lieux sont bien tenus, le maintien ou non des bâches et des structures fixes seront débattues en AG où l’adjoint au maire ce mardi soir a « promis » de passer. Pour Agathe, étudiante de 19 ans, « c’est une semaine très positive, maintenant il faut se libérer des contraintes logistiques pour aller plus loin encore dans nos réflexions. C’est la suite, on réinvente tout, et l’important c’est de se rencontrer. »