Strasbourg: Pourquoi des centaines de jeunes se sont précipités à l'ouverture du Starbucks

COMMERCE Le Starbucks Coffee, installé place Kléber à Strasbourg, a ouvert ses portes au public ce vendredi à 7h...

Alexia Ighirri

— 

Des centaines de jeunes se sont précipités à l'ouverture du Starbucks Coffee de Strasbourg.
Des centaines de jeunes se sont précipités à l'ouverture du Starbucks Coffee de Strasbourg. — A. Ighirri / 20 Minutes

La dernière fois que l’on a assisté à un tel phénomène à Strasbourg, c’était déjà devant l’Aubette pour l’ouverture de l’Apple Store. Sans surprise néanmoins, des centaines de personnes, et essentiellement des jeunes adultes et quelques familles, se sont donné rendez-vous place Kléber pour l’ouverture du Starbucks Coffee ce vendredi à 7h.

>> A lire aussi: Le premier Starbucks du Grand Est, «c'est bon pour l'emploi»

Les premiers arrivés à 5h du matin

Les premières personnes sont arrivées vers 5h du matin. A l’ouverture, la file d’attente traversait la place Kléber jusqu’à la librairie éponyme. Des passants, intrigués, ont pris des photos, tandis que certains aficionados du Starbucks se trémoussaient dans la fraîcheur matinale.

Une foule qui a également laissé les internautes perplexes.

Alors oui, pourquoi plusieurs dizaines de personnes ont attendu pendant des heures devant le Starbucks ?

« Ce n’est pas rien ! »

Ils n’étaient pas forcément venus chercher un café de qualité. Des personnes interrogées du moins, aucune n’a avancé cet argument. Hiba et Selani, 13 ans accompagné de leurs mère et soeurs, ont attendu plus d’une heure avant d’être servies. « Je n’ai jamais goûté. Mais bon c’est Starbucks quoi, ce n’est pas rien ! C’est hyperpopulaire ! On voulait aussi être les premières pour recevoir le cadeau ».

C’est vrai que l’annonce de mugs offerts aux 300 premiers clients a attiré du monde. C’est aussi ce que sont venus chercher Léa, Alexandre et Bruno, étudiants en histoire et droit âgés entre 19 et 21 ans. Arrivés à 6h15 ce vendredi devant le Starbucks, ils en sont repartis avec le fameux mug. « Il y avait une cinquantaine de personnes devant nous », chiffrent Léa et Bruno, qui ont ensuite repris le chemin de la fac.

Leur ami Alexandre reconnaît cependant que « c’est débile de faire la queue aussi tôt. Mais on s’est motivé à plusieurs pour le fun ».